Jean Ferrat La vidéo n'est pas disponible

réalisé par : Philippe Kohly

L'éternel demi-sourire de Jean Ferrat a masqué trois grandes tragédies. Celle de l'enfant dont le père fut déporté. Celle d e l'homme qui vécut l'autodestruction de sa femme. Celle du militant qui vit l'effondrement de toutes ses espérances. Et pourtant, Jean Ferrat n'a jamais cessé, à travers ses chansons, de promouvoir un message fraternel. La fragilité, les blessures, les émotions violentes, il faut les rechercher à travers son répertoire, de «Ma Môme» à «Nuit et brouillard», de «C'est beau la vie» à «La Montagne», de «Camarade» à «Potemkine», sans oublier «A Santiago», «Que serais-je sans toi», «Ma France», «Aimer à perdre la raison», et «On ne voit pas le temps passer».
Télécharger l'application France tv