France.tv - Programmes et replay des chaînes France Télévisions

présenté par : Laurent Delahousse

C’est l’histoire d’un couple d’artistes engagés qui s’est nourri de politique pendant leurs 37 années de vie commune. Yves Montant ... était fils d'immigré italien, communiste par héritage. Un atavisme familial auquel on n’échappe pas, « à moins d'être une chaise ou un mollusque », disait-il. Elle, Simone Signoret, fille d’un traducteur d’origine juive polonaise, résidait à Neuilly. Ce sont deux mondes qui se rencontrent en 1949 lorsqu’ils tombent fous amoureux à l’auberge de la Colombe d’Or de Saint-Paul-de-Vence. Ensemble, ils sont ce qu’on appelle alors des « compagnons de route » : ils luttent dans les années 50 pour la cause communiste sans jamais, pour autant, prendre la carte du parti. Jusqu’aux désillusions, car l’invasion des chars russes dans Budapest en 1956, puis le Printemps de Prague en 1968 les font déchanter. Pour expier leurs engagements de jeunesse, ils vont tourner ensemble un film résolument anti-communiste, « l’Aveu » de Costa-Gavras.  Yves Montand poursuit dans les années 80 son virage politique à droite. Il acquiert une notoriété. Il présente des émissions politiques à la télévision. Jusqu’à penser pouvoir se présenter à l’élection présidentielle de 1988. Portrait de ce couple amoureux de la politique.     Un portrait signé Aude Rouaux, Benjamine Jeunehomme et Gaël Pouvreau / Rediffusion     36 Quai des Orfèvres   Au cœur de Paris, sur l’île de la Cité, en bord de Seine, une adresse culte : le 36 Quai des Orfèvres, quartier général de la police judiciaire parisienne depuis le 17e siècle. Dans ces locaux se sont croisés les criminels et les policiers les plus célèbres, dont le commissaire Jules Maigret qui inspira l’écrivain Georges Simenon. En 2017, la police judiciaire parisienne quittait l’île de la Cité pour le quartier des Batignolles au nord-ouest de Paris. C’est la fin d’une époque. Pour le magazine 13h15, nous avons remonté le temps en poussant les portes de cet endroit aujourd’hui fantomatique, où résonnent encore les noms de grandes affaires : Guy Georges, Jacques Mesrine, Richard Durn, les attentats de 2015... Voyage dans les entrailles du « 36 ».   Un document réalisé par Sophie Broyet, Christophe Barrère et Anthony Santoro / Rediffusion