présenté par : Laurent Delahousse

Johnny aurait eu 75 ans ce vendredi 15 juin. A la Madeleine, une messe spéciale a été dite pour lui, comme tous les mois depuis ... sa mort. Le prêtre n’avait jamais vu une telle ferveur. Les salles de cinéma qui ont projeté jeudi son concert à l’Olympia en 2000 ont affiché complet en quelques heures, preuve que les fans de Johnny n’arrivent pas à l’oublier.  Mais ceux qui se sentent orphelins depuis le 5 décembre dernier forment un public plus vaste que celui qui l’a suivi de concerts en concerts. La France de Johnny a tous les âges. De générations en générations, le virus s’est transmis, dans les moments durs ou ceux plus joyeux, il y avait toujours un de ses succès en toile de fond. On peut retracer un demi-siècle de l’histoire de France rien qu’en écoutant ses chansons. Il a été rock, yéyé, hippie, motard, amoureux transi. Il a traversé les modes et chaque fois le public l’a suivi. Enfin presque, car il a eu ses coups durs, ses échecs, comme tous les artistes, mais à chaque retour il a élargi son audience. Le 9 décembre dernier lors de l’hommage au chanteur disparu, chacun a découvert les visages multiples de cette France Hallyday. Cinq mois après, nous avons retrouvé Jean-Luc, qui travaille à Rungis, et Christian qui s’occupe d’enfants. Ils nous racontent leur Johnny. Jean-Pierre Raffarin, Philippe Labro et François Jouffa tentent d’expliquer comment un tel phénomène a pu durer aussi longtemps et résister à toutes les modes.      Un document de Marie-Pierre Farkas, Jean-Marie Lequertier et Anne Cohen
Télécharger l'application France tv