présenté par : Laurent Delahousse

Le jour où > John Lennon a compris le pouvoir de son image
strong>   En 1969, la contestation contre la guerre du Vietnam est à son comble, et John Lennon, l’ancien Beatles, compose « Give Peace a Chance » (Donnons une chance à la paix). Cinquante ans plus tard, cette même chanson a été choisie par des centaines de radios européennes publiques et privées pour être diffusée au même moment, en mars 2022, dans des millions de foyer après l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Comment l’un des leaders des Beatles s’est-il transformé au fil des années en militant de la paix ? Pourquoi ce titre enregistré dans une chambre d’hôtel pendant sa lune de miel avec sa femme Yoko Ono est-il devenu un emblème ? « 20h30 le samedi » raconte comment John Lennon a su utiliser le pouvoir de son image.   Actu > De Sting à Scorpions, le soft power  
Après le début de la guerre en Ukraine, le chanteur britannique Sting a repris la chanson « Russians ». L’un de ses titres historiques composé en 1985 évoque la guerre froide, la fracture entre les blocs de l’Est et de l’Ouest et implore les peuples à regarder en face ce qui peut les rassembler. Depuis le début du XXIe siècle, la capacité des artistes à faire circuler des messages et bousculer des certitudes malgré les embargos politiques est appelé le soft power. De Sting à Scorpions, deux chansons cultes ont chacune joué un rôle dans les relations internationales entre les deux blocs.   Bonus > Amelia, la petite "Reine des neiges"  
Dans un abri anti-bombe à Kiev, une petite fille a entonné début mars 2022 un titre du long-métrage d’animation « La Reine des neiges ». Elle est désormais réfugiée en Pologne avec sa grand-mère tandis que ses parents sont restés dans la capitale ukrainienne. C’est cette fois devant des milliers de personnes qu’elle a entonné l’hymne ukrainien.
Télécharger l'application France tv