France.tv - Programmes et replay des chaînes France Télévisions
La vidéo n'est pas disponible
Comment vit-on au pied de la plus vielle des centrales nucléaires, à l’approche de la fermeture ? Fessenheim, c’est ... aussi le nom d’un village alsacien. Depuis 40 ans, ses habitants opposent une réserve silencieuse aux polémiques nationales enflammées. Pour la première fois, une jeune réalisatrice partage leur quotidien. Ils expriment leur fierté, leur colère, et un sentiment d’abandon.     C’est acté : la plus vieille des centrales nucléaires françaises, Fessenheim, cessera toute activité en 2020. Le premier réacteur s’arrêtera en février, le second en juin. Annoncée pendant le quinquennat de François Hollande, la fermeture de ce site industriel mis en service en 1977 a été reportée plusieurs fois. Hier fleuron ultramoderne de l’énergie nucléaire, aujourd’hui symbole de sa dangerosité, la centrale emploie 850 salariés d’EDF et de manière indirecte, 350 salariés d’entreprises sous-traitantes. Elle assure aussi à la commune une prospérité hors normes. La jeune réalisatrice Julie Roth s’est intéressée aux riverains, réputés discrets, dont beaucoup travaillent dans la forteresse. Pendant un an, elle a partagé leur quotidien, sondé
leur rapport au risque. Du maire au responsable syndical, en passant par la concierge et le militant écologiste, elle dresse le portrait d’un village inquiet pour son avenir. Elle montre aussi les négociations difficiles entre la commune et l’État, avant l’heure de la reconversion.