Jusqu'à ce que la mort nous sépare La vidéo n'est pas disponible
Annie vient de passer deux années en préventive à la maison d’arrêt des Baumettes. En liberté conditionnelle, elle attend son ... procès d’assises. Annie a aimé pendant quinze ans un homme violent. Un jour, elle l’a tué.     Ranger. Trier. Travailler. Annie se dépêche de vivre.

Annie est une grande femme aux yeux bleu acier. Parfois, elle s’éclaire d’un sourire immense. Parfois, elle se mure derrière un masque d’anxiété.
Annie vit dans un pavillon sans prétention de la périphérie d’une ville moyenne du sud de la France avec 2 de ses 3 enfants. L’un travaille, l’autre s’éveille lorsque la nuit tombe. Le troisième fait des études à Paris. À l’intérieur de leur maison, du désordre et des objets, partout. Rien de cher ou de luxueux. Tout semble en attente. Tout semble avoir été posé là, provisoirement. L’espace est confus. Aux murs, les marques du temps. Des babioles. Une photo d’elle, jeune, belle femme avec cette coiffure datée qui encadre encore aujourd’hui son visage. Quelques clichés des enfants, à différents âges. Dans la maison, des détails interpellent. Des verrous aux portes, disposés à l’intérieur des chambres. Dans ces portes, des trous, gros comme les poings. Aucune trace du père. Pas d’image. L’homme était brillant et cultivé. Il était aussi bipolaire. Tantôt violent et exalté, tantôt abattu et dépressif. Annie en était éperdument amoureuse. Ça a duré 15 ans. Et puis un jour, il l’agresse, ils se bagarrent. Elle le tue. Après 2 ans de préventive à la prison des Baumettes, Annie rentre chez elle, sous contrôle judiciaire, elle attend son procès d’assises. Elle vit en apnée, en prise avec ses souvenirs, hantée par ses cauchemars.  C’est à ce moment-là que nous la rencontrons.
Annie est prête à parler. C’est un film dans un temps arrêté. Un huis clos. Nous les avons filmés elle et ses enfants, entre la prison et la prison.
Télécharger l'application France tv