Chroniqueur : Thierry Curtet   Thierry Curtet reçoit dans les 4 vérités Anne-Sophie Alsif, cheffe économiste au Bureau d'informations ... et de prévisions économiques pour parler des perspectives de relance économique en France pour 2021.   Covid-19 : l'économie en berne   Après dix mois de crise épidémique, l'économie française est au plus mal. A la fin de l'année, le pays sera en récession. Cependant, un rebond est attendu pour 2021. Pour que la relance économique se passe dans les meilleures conditions, Anne-Sophie Alsif estime que la confiance des ménages aura un rôle important : « Après le premier confinement, on a eu un fort rebond. Les Français ont joué le jeu, ont consommé. Depuis la rentrée, nous sommes dans des phases de reconfinement. Cela affecte la confiance des Français ».
Pour aider les entreprises et les commerces, l’État s'appuie sur l'endettement public, ce qui a permis de limiter les fermetures définitives.
Mais selon la cheffe économiste au Bureau d'informations et de prévisions économiques (BIPE), la situation ne pourra pas durer éternellement : « Le chômage est contenu, seulement moins huit pour cent. C'est l'année prochaine que l'on aura deux points de hausse. Mais on ne peut pas rester sous perfusion de l’État à moyen et long terme ».   Le poids de la dette   Face à cette problématique, l'annulation de la dette, prôné notamment par Jean-Luc Mélenchon, est revenu sur le tapis. 
Pour Anne-Sophie Alsif, il n'est pas question d'annuler la dette, mais le poids de la dette ne devrait pas être trop lourd l'année prochaine : « La bonne nouvelle, c'est que les taux d’intérêt sont excessivement bas et il n'y a pas d'inflation. Sur le moyen et long terme, il n'y a pas de problème de soutenabilité ».   Économie : le rebond ?   Malgré les difficultés économiques de cette année, Anne-Sophie Alsif pense qu'il y a des signaux positifs montrant qu'un rebond économique aura bien lieu en 2021 : « Avec décembre et les fêtes de fin d'année, il y a eu la volonté de consommer ».
Elle ajoute également que tout le plan de relance « est basé sur la consommation intérieure » et que la dynamique d'achats de ces dernières semaines est de bonne augure pour l'année prochaine.
Le début de la campagne de vaccination est également une bonne nouvelle pour la croissance économique. En effet, les ménages ont une « anticipation de fin de la crise », ce qui les met dans de meilleures dispositions pour consommer à partir du deuxième trimestre 2021.
Enfin, la reprise des exportations devrait permettre un fort rebond économique, notamment celles vers la Chine. Le premier pays touché par la Covid-19 a repris sa croissance et n'est pas en récession cette année.   Brexit : quelles conséquences ?   Un autre facteur qui permettra de relancer la croissance est l'accord sur les relations commerciales entre l'Union européenne et le Royaume-Uni. Pour Anne-Sophie Alsif, cet accord est une « bonne nouvelle » pour les deux parties et en particulier pour la France : « Nous avons une balance excédentaire avec ce pays, de plus de 12 milliards d'euros. Notamment dans l'aéronautique, la chimie, la pharmacie, l'agroalimentaire. Ce qui permettra peut-être aux entreprises françaises de ces secteurs de se développer ».
Elle ajoute que l'alliance avec le Royaume-Uni ne concerne pas que l'économie, mais aussi « la lutte contre le terrorisme et la numérisation ».
Télécharger l'application France tv