présenté par : Laurent Bignolas

Chroniqueur : Jeff Wittenberg      La campagne de vaccination sur le territoire français ne finit pas de faire parler d’elle ... ; pas assez de vaccins, la lenteur administrative, mais aussi défiance vis-à-vis des fameuses doses, le chef de l’État a même déclaré « nous sommes devenus une nation de 66 millions de procureurs » en marge d'un déplacement à Saclay (Essonne) ce jeudi. Une déclaration qui n'a pas manqué de faire réagir tout l’échiquier politique. Yannick Jadot, député européen d’EELV est l’invité des 4 vérités.   Vaccins, contaminations : le gouvernement à l'épreuve   « Une traque incessante de l’erreur », « la défiance française », c’est avec ces mots que le président de la République Emmanuel Macron s’est exprimé sur la gestion de la pandémie lors d’un déplacement en Essonne. Au vu de la situation difficile, Yannick Jadot, élu Europe Écologie les Verts regrette de tel propos. « Les Français font beaucoup d’efforts, il y a beaucoup de déprime, d’angoisse, de situations et de décrochages sociales extrêmement lourds, le président de la République qui engueule nos concitoyens, ce n’est pas à la hauteur de ses responsabilités. Emmanuel Macron a choisi une gestion de la crise très solitaire (…), il devrait dire, c’est une attente des Français, ‘nous nous sommes plantés’. »   Olivier Veran, le ministre de la Santé a annoncé que 823 000 personnes avaient été vaccinées et table sur une vaccination de toute la population pour l’été 2021.   En début d’année 2021, Yannick Jadot a déclaré que « le gouvernement a lancé à reculons la campagne de vaccination avec le vaccin de Pfizer/BioNTech pour privilégier », selon lui, « celui de Sanofi ». Le député européen a dénoncé un « fiasco » et regarde les chiffres ne nos voisins européens. « En Italie, en Espagne ou en Allemagne, il y a beaucoup de doses qui ont été injectées. Nous rattrapons notre retard, mais chaque jour de perdus sont des morts que nous aurions pu éviter. Je regrette que le président de la République, autour du Conseil scientifique ne réunisse pas les grands élus locaux, le patronat, les syndicats, les forces politiques parce que nous sommes face à un virus, à beaucoup d’inconnus, il faut, plutôt qu’à la prétention d’un seul, il faut l’intelligence collective. »  
Télécharger l'application France tv