présenté par : Laurent Bignolas

Chroniqueuse : Caroline Roux   Ce matin, Caroline Roux reçoit Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT.    Invité sur le ... plateau des 4 vérités, il réagit à la crise économique et sanitaire que bouleverse le pays. La grogne monte à la table de certains restaurateurs et ils ont décidé de passer à l’action ce lundi. Mais le gouvernement veut éviter que le mouvement ne fasse tache d’huile : les restaurants clandestins qui enfreignent les règles en servant des clients à table verront leur accès au fonds de solidarité « suspendu pendant un mois », et définitivement en cas de récidive, a annoncé ce lundi 1er février le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire.     Cette annonce intervient alors qu’un restaurateur du Doubs a lancé à un appel à ouvrir ce lundi 1er février. Les organisations patronales ne s’y sont pas associées, mais d’autres établissements ont indiqué reprendre cette initiative. Interrogé sur la fronde des restaurateurs, Laurent Berger se montre catégorique. « Non ! Je ne le comprends pas ! Il y a une crise sanitaire, elle nous contraint tous […] il faut respecter ces règles sanitaires. On est en train de traverser une épreuve collective qui dure trop longtemps. On sent bien une fatigue psychologique. Dans ces secteurs-là, il y a beaucoup de difficultés pour ces salariés. Mais, malheureusement, on sait bien qu’il faut respecter les règles ».     La stratégie du gouvernement sur le confinement   Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a défendu ce dimanche la décision de l'exécutif de ne pas reconfiner le pays malgré les craintes des professionnels de santé. Une décision qu’approuve le secrétaire général de la CFDT.« Personne n’avait envie de ce reconfinement. Mais pour autant, peut-être qu’au niveau sanitaire, il sera nécessaire un jour ou l’autre. Là, il semblerait qu’il y avait la possibilité d’attendre pour voir si les règles qui sont fixées aujourd’hui seront suffisantes pour éviter ce qui sera une nouvelle épreuve pour une population qui est déjà très éprouvée ».     Covid 19 : une population fragilisée   Le virus de la Covid-19 n'attaque pas seulement notre santé physique, elle augmente également les souffrances psychologiques. Des milliers de Français présentent depuis des signes de dépression qu’un troisième confinement pourrait amplifier.  « Vendredi, lors de la réunion patronale et syndicale, il n’y a pas eu un intervenant qui n’ait pas dit qu’il y avait un état de fatigue psychologique du pays. Or, la lassitude peut amener à la colère si les choses ne sont pas comprises. Autant je ne commande pas les décisions sanitaires, autant je crois que dans la construction des règles, il faut davantage associer les parties prenantes. Il faut voir comment adapter les règles auprès de la réalité |…] Il va falloir qu’on règle aujourd’hui la question du télétravail, la question des jeunes qui sont en situation difficile, des secteurs professionnels qui souffrent terriblement ».   Et Laurent Berger de conclure : « Je crois que le président ne peut affronter tout seul une crise qui possède autant des répercussions économiques, sociales ».
Télécharger l'application France tv