présenté par : Laurent Bignolas

Chroniqueuse : Caroline Roux      Au moment-même où les médecins et scientifiques se mobilisent dans les médias ... et appellent à un reconfinement préventif, le gouvernement a décidé de tenir sa position en gardant un couvre-feu généralisé à 18h. Crise sanitaire, crise économique, mais aussi le débat sur la proportionnelle, Hervé Morin, président de la région Normandie, répond aux questions de Caroline Roux dans les 4 vérités.     Crise sanitaire et économique : « on est sur une ligne de crête »     Les interventions des spécialistes de la santé se multiplient. Médecins, urgentistes, scientifiques, infectiologues… Leur discours est quasi-identique : il faut reconfiner afin de prévenir un pic entre mars et avril lié à la circulation des variants. Cet appel, Hervé Morin, président de la région Normandie « l’entend, mais en même temps, ne le voit pas ».  Le président du parti Les Centristes « souhaite que tout le monde soit à sa place ».
« De toute évidence, on est sur une ligne de crête. C’est difficile pour le gouvernement. C’est le choix entre des solutions dont aucune n’est complètement satisfaisante. (…) Continuons au maximum de permettre l’activité. S’il le faut, nous aurons, je crois, le temps de revenir au confinement », explique l’ancien ministre de la Défense.
  La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a déclaré ce week-end que « l’annulation de la dette était inenvisageable ». Hervé Morin est en accord avec cette déclaration, et « ne comprend pas ce débat ».
« Cette idée-là est hyper dangereuse. Le jour où vous annulez la dette des États, ça veut dire, qu’en clair, vous rompez toute confiance qui est le principe même et le fondamental de toutes constructions monétaires et financières », atteste le président de la région Normandie. Il poursuit : « De plus, aujourd’hui, on emprunte à taux négatif, c’est-à-dire qu’on rembourse en empruntant ». Pour l’ancien ministre de la Défense, « la vraie question est celle de la reprise de l’activité ». « Il faut mettre en place des modèles qui nous permettent de préserver l’essentiel du tissu économique du pays pour qu’il ne s’effondre pas pendant ces mois-là ». « Il faut tenir l’accompagnement économique toute l’année 2021 » atteste le président du parti Les Centristes.
    Proportionnelle : « j’ai toujours été favorable à la proportionnelle »     Tout comme Nicolas Sarkozy et François Hollande, la répartition proportionnelle des sièges à l’Assemblée nationale était une promesse de campagne. Aujourd’hui, elle se voit menacer et François Bayrou, président du MoDem, met la pression sur Emmanuel Macron. Il appelle à un soutien de tous les présidents de parti, et pourra compter sur Hervé Morin. « J’ai toujours été favorable à la proportionnelle pour une raison simple : restaurer la démocratie française qui est malade d’un système hyper centralisé, avec un monarque à la tête du pays qui décide de tout ». 
Le président du parti Les Centristes explique que « cela permettrait de remettre tous les Français au sein de l’Assemblée nationale. (…) C’est le moyen de rassembler un maximum de nos compatriotes autour d’une décision ». Cela permettrait également « d’améliorer les libertés locales ainsi que la décentralisation, » selon l’ancien député.   Si elle est appliquée, cette réforme ferra rentrer des dizaines de parlementaires d’extrême droite. Hervé Morin déclare que cette branche politique « fait un score à l’élection ». « Je les combats, mais ils ont le droit d’être au Parlement et de pouvoir participer aux débats, car ils représentent entre 20 et 25% des Français ».
Télécharger l'application France tv