présenté par : Laurent Bignolas

Chroniqueur : Jeff Wittenberg     Ce matin, Jeff Wittenberg reçoit Thierry Mariani, député européen Groupe IDFR. Invité sur ... le plateau des 4 vérités, il nous livre son éclairage sur l’actualité de notre pays.     Coronavirus : une situation qui persiste   Ce dimanche 14 février, les autorités sanitaires ont comptabilisé 16 546 nouveaux cas de contaminations. Soit un total de 3 465 163 cas confirmés depuis le début de l’épidémie. Face à cette situation, les épidémiologistes préconisent un reconfinement pour réduire ce chiffre. Le nombre de contaminations stagne sur un plateau élevé entretenu par la propagation du variant anglais, même si sa diffusion semble moins alarmante qu’au Portugal et qu’au Royaume-Uni. Pour éviter que le pays soit mis sous cloche une troisième fois, le gouvernement espère que les vacances scolaires de février feront baisser les contaminations. Mais de l'aveu même de l’exécutif, le chemin est étroit. Plus de 3 300 personnes sont actuellement en réanimation, un chiffre au plus haut depuis la fin de la deuxième vague.     Annoncée comme étant inéluctable, voire imminente par plusieurs scientifiques et titres de presse, la mise en place d'un troisième confinement n'a cependant pas encore été décidée par le gouvernement français. Une décision que partage Thierry Mariani. « Je pense qu’on n’a pas le choix. Les premiers confinements nous ont coûté très cher. La France est endettée et nos enfants devront rembourser. Une partie de l’économie est à plat. 49 % des patrons de TPE, PME disent qu’en cas de troisième confinement, ils vont déposer le bilan. Donc, il faut éviter à tout prix un troisième confinement. »     Restaurants et bars : pas de réouverture dans l’immédiat   Les mauvaises nouvelles s'enchaînent pour le monde de la gastronomie. En effet, alors que les restaurateurs et propriétaires de bars espéraient une réouverture de leurs établissements le 20 janvier, comme l'avait promis Emmanuel Macron, le ministre de la Santé, Olivier Véran a récemment annoncé qu'au vu de la situation sanitaire actuelle et la hausse des contaminations à la Covid-19 en France, la réouverture des bars et des restaurants ne se ferait pas jusqu’à nouvel ordre. Une mesure qui n’est pas forcément du goût du député du groupe IDFR. « Dès que cela sera possible, oui, il faut rouvrir ! Les Français ne comprennent pas pourquoi on ne peut pas être à six autour d’une table et pourquoi dans les trains ou dans les métros, on est collés côte à côte. C’est un peu incompréhensible ! »     Coronavirus : une vaccination à la traîne ?   Lors de sa dernière intervention publique sur le front épidémique, le 2 février, le président Macron a formulé la promesse que « tous les Français adultes qui le souhaitent » seraient vaccinés d’ici à la fin de l’été. Il rassurait ainsi sur la montée en puissance du rythme de vaccination, tout en fixant un horizon commun où guetter la fin de l’épidémie et de ses restrictions.     Le pari est-il gagnable ? « J’en doute fortement, assène Thierry Mariani. Si on regarde l’application Covid Tracker, pour que l’ensemble de la population ait ses deux doses d’ici la fin de l’été, il faudrait vacciner 500 000 personnes par jour ». Et le député de conclure : « On est en retard par rapport à la quasi-totalité des pays d’Europe ».     Dissolution de Génération identitaire   Le ministère de l’Intérieur, qui reproche à Génération Identitaire (GI) un « discours de haine assumé » et son organisation en « milice privée », a engagé la procédure de dissolution du groupe d’extrême droite, réclamée de longue date par plusieurs associations et partis politiques. « Génération identitaire n’a jamais été condamnée, rappelle Thierry Mariani. Quand on voit la lettre de sept pages envoyée par Gérald Darmanin, on voit bien que c’est une décision politique. On reproche à Génération Identitaire d’avoir dénoncé l’immigration, d’avoir dit par exemple que « l’insécurité et l’immigration sont liées » […] C’est une décision politique ! »
Télécharger l'application France tv