présenté par : Laurent Bignolas

Chroniqueur : Jeff Wittenberg      La députée La France insoumise Clémentine Autain est l’invitée des 4 vérités. Invitée de ... Jeff Wittenberg, celle qui est tête de liste LFI et PCF aux élections régionales d’Ile-de revient sur les sujets d’actualités comme la loi séparatisme débattue depuis 15 jours à l’Assemblée nationale.       Séparatisme : premier vote aujourd’hui   Le vote en première lecture du projet de loi sur le « séparatisme » va avoir lieu mardi 16 février à l’Assemblée nationale. Clémentine Autain, ainsi que le groupe LFI sont farouchement opposés à ce texte. « Ce projet de loi comporte 55 articles, je ne suis pas en accord avec tout ce qu’il comporte. Ce qui importe c’est de connaître la logique générale de cette loi et ce qu’elle va transformer. Elle nous apparaît comme profondément inadaptée aux défis qui sont devant nous, en particulier la question de la lutte contre le terrorisme islamiste, qui est un enjeu majeur. Son objet est double : de répondre au défi du terrorisme et de conforter la laïcité. Sur ces deux terrains là, elle n’est pas utile. (…) Sur la laïcité, cette loi remet en cause la liberté de culte, d’associations, à mon avis elle crée plus de problèmes qu’elle ne va en résoudre.  
Jean-Luc Mélenchon, président de La France insoumise affirme que cette loi est dirigée et stigmatise les musulmans. Clémentine Autain suit le même raisonnement : « Évidemment, c’est l’évidence même. Ces 15 jours que nous avons passé sur cette loi ont donné lieu à un grand débat public organisé par le service public avec Gérald Darmanin expliquant à Marine Le Pen qu’elle n’était pas suffisamment ferme par rapport à l’islam et madame Le Pen qui explique qu’elle aurait pu signer le livre du ministre de l’Intérieur. (…) Je fais partie des Français qui ont voté Emmanuel Macron à la présidentielle pour faire rempart au Rassemblement national et aujourd’hui je considère que ce n’est pas un rempart mais une passerelle, c’est la responsabilité du gouvernement de suivre l’agenda de l’extrême-droite et de vouloir mettre en scène ce duel qui finit en duo. Je vous exprime ma colère et les 15 jours que nous avons eu de débat à l’Assemblée nationale et de débats publics est dangereux pour notre pays et ne permet pas d’apaiser la situation. »   « Choc des solidarités » pour la région    Sur la région Île-de-France, alors que les élections se profilent en juin, la candidate évoque un séparatisme social, la fracture entre les quartiers riches et populaires. En quoi un président de région à les leviers change ces états de fait ? Demande Jeff Wittenberg à la tête de liste LFI et PCF. « La région c’est cinq milliards de budget annuel, elle impulse des projets, un modèle de développement par l’ensemble de ses politiques à travers le logement, les transports… Valérie Pécresse a tourné la région vers un seul objectif : la compétitivité, la course des mégalopoles. Je pense qu’il faut réorienter la politique régionale pour répondre aux besoins des Franciliennes et des Franciliens, en matière de logement, de transport, d’égalité. » conclut-elle en appelant à un « choc des solidarités ». 
Télécharger l'application France tv