présenté par : Laurent Bignolas

Chroniqueur : Jeff Wittenberg   Avant d’être le maire de sa commune La Garenne-Colombes depuis maintenant ... 20 ans, le Professeur Philippe Juvin est avant tout un médecin urgentiste. Impliqué dès le début de la crise sanitaire, il répond aux questions de Jeff Wittenberg au lendemain d’un conseil de Défense.     Variants de la Covid-19 : « Nous sommes aveugles »     L’épidémie de coronavirus continue de toucher la France et le reste du monde. Plus de 25 000 contaminations ont été enregistrées ces dernières 24 heures, dans l’Hexagone. Malgré cela, le nombre de malades à l’hôpital semble régresser. Pour le Professeur Philippe Juvin, il est « trop tôt » pour savoir s’il s’agit d’une accalmie ou d’un réel recul de l’épidémie. « On est quand même dans une situation extrêmement fragile. (…) On a 300 à 500 morts tous les jours ». Le médecin, chef du service des urgences de l’hôpital Georges Pompidou à Paris « n’observe pas une prépondérance des variants ».
« L’un des sujets en France, c’est qu’on ne recherche pas suffisamment les variants », atteste-t-il. Le maire LR de La Garenne-Colombes dans les Hauts-de-Seine, explique que « quand il vous fait le test PCR au fond du nez, le résultat qu’il vous donne, c’est vous avez ou vous n’avez pas le coronavirus. Mais cela ne donne pas le type. Il faut faire un test supplémentaire qu’on appelle le séquençage ». Le médecin rappelle que « l’objectif est de séquencer 5% de toutes les mesures ». En comparaison, les Anglais le ferait 25 fois plus qu’en France.
Pour l’ancien député européen, « nous sommes aveugles » car nous ne testons pas assez. « On est incapable de vous dire précisément et rapidement. Les variants sont probablement plus présentes. On est surpris quand on commence à les rechercher. Ça a été le cas en Moselle.»
  Le ministre de la Santé doit prendre la parole ce jeudi 18 février au lendemain d’un conseil de Défense. À priori, aucune nouvelle restriction aurait été prise. Philippe Juvin est clair : « ce que je veux dire c’est que personne ne veut être confiné, Sauf que, aujourd’hui, ce que nous vivons, c’est un régime de semi-liberté. Le couvre-feu est une sorte de confinement. Ce que je crois, c’est que si nous n’accélérons pas la vaccination, si on ne recherche pas plus les variants et si nous ne cherchons pas plus où est le virus, on aura le choix entre cette demi-liberté (…) soit, on reconfinera ». Selon le médecin urgentiste, « nous devrions plus tester les eaux usées et encourager les tests à domicile. On aurait une cartographie du virus. On serait donc, le jour où on prendra la décision de confiner, qu’il faut probablement confiner dans tel endroit, mais pas dans tel autre ».     Vaccination : « l’Union européenne, c’est un syndicat de copropriétaires »     3 300 000 Français ont reçu la première dose de vaccination contre le coronavirus. En comparaison, le Royaume-Uni qui est sorti de l’Europe a pu vacciner 15 millions de citoyens. « Je n’ai pas d’opinion, je regarde les faits » déclare Philippe Juvin. Il poursuit. « Quand vous regardez les pays européens, hors Grande-Bretagne, la France est le 18e pays sur les 27 de l’Union européenne. (…) Ce n’est pas satisfaisant. Il y a une responsabilité nationale, mais il est clair qu’il y a une responsabilité européenne. L’Europe n’a pas commandé suffisamment de vaccins. Celui qui a été député européen pendant dix ans affirme que « l’Union européenne, c’est un syndicat de copropriétaires. Les propriétaires, ce sont les pays. Les pays devaient dire à l’UE, ‘vous en commandez plus’.   Pour le médecin« qu’il faut dire les choses ». « Quand on nous promettait un million de vaccinés pour la fin janvier : être vacciné, c’est recevoir les deux injections. Or, avec plus de 800 000 personnes, nous n’y sommes même pas encore aujourd’hui » explique le maire LR de La Garenne-Colombes. 300 millions de vaccins Moderna ont été commandés pour la fin de l’année.
Télécharger l'application France tv