présenté par : Damien Thévenot, Maya Lauqué

Chroniqueur : Jeff Wittenberg     La remontée des contaminations de Covid-19 se confirme en France. Le 11 novembre 2021, 12  603 nouveaux cas ont été recensées en France d’après Santé Publique France. Emmanuel Macron, lors de son allocution présidentielle du 9 novembre 2021 a annoncé que la troisième dose serait obligatoire pour les plus de 65 ans pour obtenir un passe sanitaire valable. De son côté, le Conseil constitutionnel a validé la possibilité de prolonger l’effet du passe sanitaire jusqu’au 31 juillet 2022. Pour Yaël Braun-Pivet, présidente de la Commission des lois à l'Assemblée nationale, il était important de donner au gouvernement les outils pour pouvoir lutter contre cette épidémie. « Nous avons conditionné des outils par rapport à la situation sanitaire, nous avons mis dans la loi des conditions, nous avons exigé du gouvernement qu’il informe régulièrement le parlement en nous remettant des rapports. Enfin nous avons inscrit noir sur blanc dans la loi qu’il pourrait être auditionné devant ma commission et en séance publique pour qu’il y ait un débat » et d’ajouter « il faut de la loi et du contrôle, ce n’est pas ou l’un ou l’autre, c’est complémentaire et le contrôle se fait au parlement au quotidien. »   Emmanuel Macron déjà en campagne ?   Le reste de l’intervention d’Emmanuel Macron ressemblait selon de nombreux experts et leader d’opposition à un programme pour l’élection présidentielle de 2022. Avec un fort parfum de libéralisme économique pour certains, les annonces sur le contrôle des chômeurs, le repoussement de l’âge de la retraite, le choix du nucléaire font penser à un programme de droite, une tentative de « hold-up » des idées pour Valérie Pécresse, candidate à la primaire Les Républicains. « C’est une politique pour tenter de protéger les plus faibles, les accompagner, les soutenir pour qu’ils reprennent le cours de leur vie par l’emploi, la formation, les compétences donc ce n’est absolument pas libéral » défend Yaël Braun-Pivet, ancienne élue de gauche et d’ajouter : « je crois vraiment que le président de la République incarne aujourd’hui la ‘social democracy’ dans laquelle je crois. Libérer et protéger c’est ce que nous avons fait depuis quatre ans et demi que nous sommes aux manettes du pays. Maintenant nous avons une reprise économique qui est là, le chômage baisse, certaines offres de travail ne sont pas pourvues donc notre boulot maintenant c’est que ça match entre ces offres et les personnes qui sont trop éloignés de ces emplois. »   La présidente de la Commission des lois à l'Assemblée nationale a reçu Frances Haugen, une ancienne cadre de Facebook qui est devenue lanceuse d’alerte. Elle affirme que Facebook affaiblit les démocraties. « J’ai été convaincue par ces arguments, du fait que la situation est préoccupante. Il est impératif d’avoir un contrôle sur ces entreprises qui, grâce aux nouvelles technologies, aux intelligences artificielles, aux algorithmes peuvent, diriger, influencer les contenus auxquels nous avons accès. Il est impératif que nous puissions avoir un droit de regard sur ces influences. » D’après Yaël Braun-Pivet, la lanceuse d’alerte américaine a exprimé que les opinions mis en avant sur Facebook ont été sélectionnées.
Télécharger l'application France tv