présenté par : Thomas Sotto, Julia Vignali

Chroniqueuse : Caroline Roux    Caroline Roux reçoit Christophe Castaner, ancien ministre de l'Intérieur et président du gr oupe LREM à l'Assemblée nationale, dans Les 4 vérités.   Suite à la reprise de l’épidémie de Covid-19 en Europe, certains pays innovent. Depuis le lundi 5 novembre 2021, l’Autriche a décidé de confiner les citoyens non-vaccinés. La France n’est pas à l’abri d’une nouvelle vague, mais préfère aujourd’hui miser sur la vaccination. Cependant aucune mesure n’est encore écartée, pas même celle d’un confinement. « Nous sommes face à un virus qui peut toujours nous surprendre. Nous devons maintenir notre capacité de vaccination. Nous avons un des meilleurs taux d’Europe et puis faire en sorte que le rappel puisse être développé », a rappelé Christophe Castaner, au micro des 4 Vérités sur France 2, lundi 15 novembre 2021. Sur le sujet, le porte-parole du gouvernement appelle à l’unité de la classe politique.   L’Europe est également au pied du mur concernant la crise migratoire en Biélorussie. Lundi 15 novembre, le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UE doit « donner le feu vert à un élargissement du cadre juridique » des sanctions contre la Biélorussie, menée par Alexandre Loukachenko, a annoncé le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, au Journal du dimanche. L’objectif ? Mettre fin à la crise des migrants à la frontière avec la Pologne, où des milliers de personnes campent actuellement, alors que les températures chutent. L’Europe doit-elle faire preuve d’humanité ou de fermeté ? « D’un point de vue diplomatique, l’Europe ne cédera pas à la politique d'Alexandre Loukachenko. Il faut à la fois une réponse de fermeté, et en même temps, une réponse d’humanité en envoyant des moyens à ces personnes, qui sont les otages d’une attaque politique et militaire menée contre l’Europe », a affirmé l’élu LREM. « La France prendra ses responsabilités », a-t-il ensuite ajouté, n’excluant pas une politique d’accueil. « Nous le faisons depuis plusieurs années et nous continuerons ».   Investiture Les Républicains : « une extrême droitisation »   Dimanche 14 novembre, les cinq candidats à l'investiture Les Républicains ont débattu sur BFMTV et RMC. Tous ont vivement critiqué la politique d’Emmanuel Macron. « Il y a manifestement une droitisation, un effet Zemmour, chez les responsables de droite. La France mérite mieux », a estimé Christophe Castaner. A six mois du scrutin, La République en Marche ne veut pas « abandonner son ambition réformatrice », a assuré l’ancien ministre de l’Intérieur. Et surtout : « ne pas se recroqueviller comme nous avons entendu hier, lors du débat LR ». Une maison commune entre LREM et le MoDem verra-t-elle le jour avant Noël ? « Nous y travaillons. Et au-delà de François Bayrou et de La République en marche, il y a une majorité présidentielle qui se renforce, s’élargie. Le dépassement, c’est notre ADN », a conclu l’élu. 
Télécharger l'application France tv