présenté par : Thomas Sotto, Julia Vignali

Jeff Wittenberg reçoit Hervé Morin, président du Conseil régional de Normandie dans les 4 vérités   L’épidémie de Covid-19 continue sa flambée. En France, près de 50 000 nouvelles contaminations sont recensées quotidiennement. Depuis le 28 novembre 2021, la troisième dose de vaccination est ouverte à tous les majeurs de plus de 18 ans. Elle est vivement recommandée par le gouvernement. Or, le boom de la demande ces derniers jours a entraîné une saturation des centres de vaccination. Il faut parfois attendre plusieurs semaines pour obtenir un rendez-vous. Pour le moment, la vaccination obligatoire a été écartée par le ministre de la Santé, Olivier Véran, néanmoins, cette question s’impose de plus en plus dans les débats.  En Allemagne, le futur chancelier, Olaf Scholz s’est déclaré personnellement favorable à l’obligation vaccinale pour tous les Allemands d’ici le mois de février. Une proposition de loi en ce sens devrait être soumise au parlement avant la fin de l’année. « Je considère que le mieux serait la vaccination obligatoire » a estimé Hervé Morin, président du Conseil régional de Normandie, invité sur le plateau des 4 Vérités, jeudi 2 décembre 2021, sur France 2. Il précise : « La non-vaccination obligatoire amène à une autre atteinte à la liberté qui est l’existence du passe sanitaire, une police permanente dans nos déplacements ».   A cinq mois de l’élection présidentielle, l’agenda ne semble néanmoins pas propice à une telle mesure. Depuis mercredi 1er décembre, les militants Les Républicains ont commencé à voter pour élire leur représentant à la prochaine élection. Ce jeudi, les deux finalistes devraient être connus. « Je suis convaincu de la capacité des électeurs LR de choisir un candidat qui soit acceptable pour une grande majorité des Français », a commencé Hervé Morin, réaffirmant pleinement son soutien à Valérie Pécresse.   Éric Zemmour : « Tout ce que je déteste »   Les pronostics de la droite sont vivement perturbés par la candidature d’Éric Zemmour, qui a officialisé sa candidature il y a deux jours. L'ancien éditorialiste suscite beaucoup de critiques, mais aussi beaucoup d’engouement. Initialement prévu au Zénith, à Paris, dimanche 5 décembre, son premier meeting a finalement été déplacé au Parc des expositions de Villepinte, pour pouvoir accueillir plus de monde. « Éric Zemmour incarne tout ce que je déteste en politique. Sa candidature relève presque de la psychiatrie », a jugé Hervé Morin. « On ne peut pas avoir à la tête du pays, quelqu’un qui porte un message de division et de haine », a-t-il renchéri, appelant au rassemblement du pays. « En partant sur un tel discours, vous êtes par avance, en échec absolu », a-t-il conclu.
Télécharger l'application France tv