France.tv - Programmes et replay des chaînes France Télévisions
La vidéo n'est pas disponible

présenté par : Caroline Roux, Axel de Tarlé

Un accord a été conclu dimanche soir entre les Kurdes de Syrie et le régime de Bachar al-Assad concernant l’envoi de troupes ... dans le nord du pays pour "affronter l’agression turque", selon les mots du régime. Les Kurdes, qui ont été lâchés par les États-Unis, ont donc fait appel au régime, avec qui les rapports sont pourtant tendus, pour les aider à se défendre face à l’avancée rapide des troupes turques et de leurs alliés.   La Turquie a lancé son offensive contre les Kurdes il y a six jours avec comme objectif d’installer une "zone de sécurité" de 32 km après la frontière turque pour la séparer des territoires contrôlés par les Unités de protection du peuple (YPG), une milice qualifiée de "terroriste" par le régime turc. Cette zone serait également susceptible d’accueillir une partie des 3,6 millions de Syriens actuellement réfugiés en Turquie suite au conflit qui ravage la Syrie depuis 2011.   À la suite d’un conseil de défense organisé dimanche soir, l’Élysée a déclaré condamner "dans les termes les plus fermes" l’offensive lancée mercredi dernier par la Turquie et souhaite faire le maximum pour obtenir l’arrêt de l’offensive le plus rapidement possible. La France va prendre également des mesures pour protéger ses ressortissants, civils comme militaires, présents dans le nord-est de la Syrie.   À l’instar de la France, une bonne partie de la communauté internationale condamne cette attaque turque contre les Kurdes. "Ceux qui pensent pouvoir nous contraindre à reculer avec ces menaces se trompent" a riposté le président turc Recep Tayyip Erdogan, visant notamment la France et l’Allemagne.   Y a-t-il un risque d’embrasement dans toute la zone ? Quelle est la situation aujourd’hui sur le terrain ? Faut-il craindre une résurgence de Daech ? Bachar El Assad revient-il au centre du jeu ? Vladimir Poutine est-il le grand gagnant de l’histoire ?     Invités :   • Pierre Servent, expert en stratégie militaire et auteur de "50 nuances de guerre".   • Philippe Dessertine, directeur de l’Institut de Haute Finance.   • Ariane Bonzon, journaliste pour Slate.fr et auteure de "Turquie, l’heure de vérité".   • Wassim Nasr, journaliste à France 24, spécialiste des réseaux djihadistes.