France.tv - Programmes et replay des chaînes France Télévisions
Coronavirus : 60 000 malades, la psychose s'étend La vidéo n'est pas disponible

présenté par : Caroline Roux, Axel de Tarlé

Le répit n'aura été que de courte durée. Ce jeudi, les Bourses mondiales sont reparties nettement à la baisse en raison de la ... résurgence des craintes liées à l'épidémie de coronavirus en Chine où le nombre de nouveaux malades a explosé : plus de 14.840 nouveaux cas de contamination ont été détectés en 24 heures, soit dix fois plus que la veille, ainsi que 242 nouveaux décès a annoncé ce jeudi la commission de santé de la province du Hubei, épicentre de la crise du Covid-19, que Pékin a décidé de reprendre en main. Estimant que les autorités locales étaient incapables de faire face à la situation, Xi Jinping a fait tomber les têtes et changé de politique sanitaire. Ainsi alors jusqu'à présent, seuls les cas confirmés par des kits de tests standards étaient comptabilisés, les autorités ont décidé qu'une radio pulmonaire pouvait désormais suffire à diagnostiquer l'infection au virus. Mais à tort ou à raison, ce changement de méthode pour repérer les malades ne fait que nourrir la méfiance sur les chiffres livrés par les autorités chinoises et l’inquiétude sur l'ampleur réelle de l'épidémie qui continue de se propager. Le bilan de l'épidémie est désormais de près de 60 000 cas de contamination dont au moins 1 355 mortels.   Au Japon, le ministre de la Santé a annoncé ce jeudi un premier cas de décès d'une personne porteuse du nouveau coronavirus, tout en restant prudent sur la cause de la mort de cette femme de 80 ans. Il a également indiqué que 44 nouveaux cas positifs au coronavirus Covid-19 ont été détectées à bord du paquebot de croisière Diamond Princess, actuellement en quarantaine. Au total, 713 personnes sur 3 711 initialement à bord du paquebot ont été à ce jour testées. Parmi elles, 218 ont été infectées et 5 présenteraient des "symptômes graves". Au Vietnam, la commune de Son Loi, 10.000 habitants, située près de Hanoi, a été placée en quarantaine pour vingt jours par crainte d’une propagation du nouveau coronavirus. Quand dans l’Union européenne, les ministres européens de la Santé, réunis à Bruxelles, ont souligné ce jeudi la nécessité de mieux coordonner leurs mesures face au nouveau coronavirus et ont alerté sur de possibles problèmes d’approvisionnement en médicaments mais aussi en équipements de protection en provenance de Chine.   "Nous avons besoin d’aller plus loin, de nous coordonner sur les mesures barrières, l’arrivée des voyageurs, l’analyse épidémiologique des cas, les stocks de protection", a affirmé Agnès Buzyn, en arrivant à cette réunion d’urgence. Elle a par ailleurs souligné que "cette crise" pouvait "s’installer sur plusieurs mois", et s’est inquiétée des "impacts" sur la disponibilité des équipements de protection (gants, masques) pour les personnels soignants.   De son côté l’OMS, après avoir évoqué "une très grave menace pour le monde" et estimé qu’il était "beaucoup trop tôt" pour prédire une fin de l’épidémie, a laissé entrevoir hier "une chance réaliste de stopper l'épidémie" devant un parterre de 400 scientifiques venus du monde entier, et réunis pour deux jours à Genève sur ce dossier prioritaire. L’objectif de cette conférence : tenter d'y voir plus clair sur ce que l'on sait, ce que l'on ignore, sur le coronavirus, et harmoniser la riposte sur fond de course au vaccin.   Période d'incubation, symptômes... Que sait-on sur le coronavirus ? Comment sont menées les enquêtes sanitaires dans l'entourage des malades ? Enfin où en est-on sur la recherche d'un vaccin ?     Invités :   • Antoine Bondaz, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique, enseignant à Sciences Po • Anne-Claude Cremieux, professeure de maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Louis à Paris et auteur de « Gouverner l'imprévisible, Pandémie grippale, SRAS, crises sanitaires » publié aux éditions Lavoisier. • Jean-Claude Manuguerra, virologue, directeur de la cellule d'intervention biologique d'urgence de l'Institut Pasteur • Sylvie Matelly, économiste et directrice adjointe de l’Institut de relations internationales et stratégiques