Trump : plus fort que le virus ? La vidéo n'est pas disponible

présenté par : Caroline Roux, Axel de Tarlé

La scène était digne d’un film hollywoodien. Après trois jours de suspense autour de l'état de santé du président américain, ... atteint de la Covid-19, Donald Trump a franchi hier soir les portes de l'hôpital militaire Walter Reed où il était hospitalisé, a levé le pouce et s'est engouffré dans un 4x4 noir qui l’a mené à son hélicoptère. Dix minutes plus tard, de retour à la Maison-Blanche, le président a grimpé les marches jusqu'au balcon de la Blue Room et a enlevé son masque de manière théâtrale.   Le poids d’une image en pleine épidémie… mais des mots aussi : toujours infecté par la Covid-19, le président des États-Unis a appelé les Américains à ne pas se laisser dominer par le nouveau coronavirus. "N'en ayez pas peur", a déclaré Donald Trump. "Nous retournons au travail. Nous retournons en première ligne (...) Ne le laissez pas dominer vos vies. Sortez, soyez prudents" a-t-il souligné alors que
l'épidémie a causé plus de 209.000 décès aux États-Unis, soit le plus lourd bilan au monde.   Confiant et dynamique, c’était bien le message que Donald Trump voulait renvoyer, au sortir de trois nuits d’hospitalisation, par cette mise en scène savamment orchestrée. Pourtant sur d’autres vidéos filmées par les journalistes présents sur place, le milliardaire républicain apparaît grimaçant et essoufflé, bien loin de l’image triomphale diffusée par son équipe de communication. Alors l’Amérique se demande toujours comment se porte réellement son président.   Car si Donald Trump, de nouveau très actif sur Twitter, promet de retourner sur le terrain pour faire campagne, l'équipe médicale qui le suit a bien souligné qu'une sortie de l'hôpital n'était pas synonyme d'un retour à la normale. On sait qu’au cours de son hospitalisation le septuagénaire aurait été mis sous oxygène quelques heures. D’autre part le cocktail de médicaments qui lui est prescrit laisse supposer que son cas est loin d'être bénin. Le médecin du président, le Dr. Sean Conley, a refusé de donner des informations sur l'état des poumons du président. Il s'est contenté de dire que depuis 72 heures il n'avait plus de fièvre et que son niveau d'oxygène était normal. "Il n'est peut-être pas entièrement sorti du bois encore", a-t-il simplement reconnu, précisant qu'il ne serait pas totalement soulagé avant une semaine et que Donald Trump ne pourrait pas retourner sur le terrain avant de ne plus être contagieux.   En attendant, Donald Trump a saturé l’espace médiatique hier soir. Sa sortie d’hôpital a été diffusée en direct sur toutes les grandes chaînes de télévision, éclipsant totalement le déplacement en Floride de son adversaire Joe Biden. Mais le doute continue de planer sur l'état de santé réel du président et les regards se tournent vers son vice-président et colistier Mike Pence. Très croyant, anti-mariage pour tous et anti-IVG, celui qui se décrit comme un "chrétien, un conservateur et un républicain" pourrait être amené à remplacer le président en cas d'incapacité. Il va devoir en tout cas occuper le terrain de la campagne pendant la quarantaine. Il sera ainsi cette semaine, en Arizona, dans le Nevada et demain soir dans l'Utah où il débattra avec Kamala Harris, ce 7 octobre. Une rencontre entre ce vice-président évangéliste et la colistière démocrate de Joe Biden qui devrait être particulièrement scrutée alors que selon un dernier sondage, l'avance du candidat démocrate (51 %) sur le sortant républicain (41 %) atteindrait désormais dix points au niveau national. Par ailleurs, 65 % des Américains estimeraient que le président aurait pu éviter de contracter le coronavirus s'il avait pris l'épidémie plus au sérieux et 67 % désapprouveraient sa réponse face à la pandémie.   Que sait-on de l’état de santé du président des États-Unis ? Que se passerait-il si Donald Trump, positif à la Covid-19, ne pouvait pas se présenter à l'élection présidentielle du 3 novembre ? Qui est Mike Pence ?     Invités :   - François Clemenceau, rédacteur en chef international au Journal du Dimanche - Nicole Bacharan, politologue spécialiste des États-Unis et auteur de “Le monde selon Trump“ - Elsa Conesa, rédactrice en chef aux Échos, ancienne correspondante aux États-Unis  - Lauric Henneton, spécialiste des États-Unis et auteur de Atlas historique des États-Unis
Télécharger l'application France tv