Trump : 7 jours qui font trembler l'Amérique La vidéo n'est pas disponible

présenté par : Caroline Roux, Axel de Tarlé

Une fin de mandat chaotique pour Trump. Accusé d'avoir incité ses partisans à l'insurrection lors de l'assaut contre le Capitole, ... le président des États-Unis affrontera, ce mercredi 13 janvier, une deuxième procédure historique d'"impeachment". Une semaine après les violences du 6 janvier, qui ont fait cinq morts à Washington, un vote est prévu vers 15 heures (21 heures à Paris) sur son acte d'accusation à la Chambre des représentants. Soutenu par un grand nombre de démocrates, qui contrôlent la chambre basse, et avec l'appui notable de plusieurs républicains, il devrait être facilement adopté. Le 45e président américain devrait ainsi devenir le premier de l'histoire du pays à être deux fois mis en accusation au Congrès dans une procédure de destitution.

Mardi, depuis Alamo, au Texas, Donald Trump a néanmoins essayé de réduire la procédure le visant à une manœuvre des démocrates, une nouvelle "chasse aux sorcières". Jugeant le procédé "totalement ridicule", il a nié toute responsabilité dans les violences commises par ses partisans. Le président sortant, qui avait le 6 janvier exhorté la foule à marcher sur le Capitole et à se battre alors que les parlementaires étaient en train de certifier le résultat de l'élection présidentielle remportée par Joe Biden, a estimé que son discours avait été "tout à fait approprié". Il s’est également montré convaincu que personne ne précipiterait sa sortie de la Maison Blanche avant la fin de son mandat, le 20 janvier, et a mis en garde quant à la "colère immense" causée chez ses partisans par la procédure d’impeachment alors qu’une note du FBI, rendue publique par plusieurs médias la veille, s’inquiétait de possibles manifestations pro-Trump armées dans les jours environnant l’entrée en fonction de Joe Biden.

Plus tard, son vice-président Mike Pence a définitivement écarté l'autre menace qui pesait sur sa fin de mandat : il a refusé d'invoquer le 25e amendement de la Constitution qui lui aurait permis de démettre le président sortant en le déclarant inapte à exercer sa fonction. De son côté, la Chambre des représentants, à majorité démocrate, a approuvé une résolution, désormais symbolique, pour l'exhorter à invoquer cet amendement. Et si cette dernière n'a été soutenue que par un républicain, l'acte d'"impeachment" pourrait lui recevoir l'appui d'un plus grand nombre de membres du "Grand Old Party" au Sénat. Hier, cinq élus républicains se sont déjà déclarés en faveur de l’impeachment, dont la numéro 3 des républicains à la Chambre, Liz Cheney. Et selon le New York Times, le très influent leader des républicains, Mitch McConnell, n’y serait pas opposé.

A une semaine de la prise de fonctions de Joe Biden, une véritable partie d’échecs s’annonce au Sénat tandis que les investigations sur les émeutes du Capitole avancent. Selon les informations de la chaîne américaine CNN, deux policiers du Capitole ont été suspendus, et au moins dix autres font l'objet d'une enquête. D’après le représentant démocrate Tim Ryan, certains éléments pour le moins troublants, renforceraient  l’hypothèse d'une complicité : un policier qui se prend en selfie avec l'un des manifestants, un autre qui porte un chapeau "Make America Great Again"… Par ailleurs, le FBI a lancé un avis de recherche pour retrouver les principaux émeutiers. Certains comme Jake Angeli, figure de la mouvance complotiste QAnon, dont les photographies ont beaucoup circulé le 6 janvier, a déjà été inculpé d'intrusion illégale et de conduite violente au Capitole.   Alors que s’est-il passé le 6 janvier dernier au Capitole ? Où en est l’enquête ? En quoi consiste la procédure d'"impeachment" qui menace Donald Trump? Pourrait-il être rendu inéligible ?     Invités :   - Laure Mandeville, grand reporter Le Figaro et auteure de "Qui est vraiment Donald Trump ?"   - Corentin Sellin, historien, spécialiste des Etats-Unis, chroniqueur “Les Jours”   - Nicole Bacharan, politologue spécialiste des États-Unis et auteure de "Le monde selon Trump"   - Jérôme Cartillier, correspondant de l'AFP à la Maison Blanche et co-auteur de "Amérique, années Trump"
Télécharger l'application France tv