présenté par : Caroline Roux, Axel de Tarlé

La situation épidémique devient de plus en plus compliquée à lire. Depuis plusieurs jours, les nombres de nouveaux cas de Covid-19 ... dans la population, de nouvelles hospitalisations ou encore d’admissions dans les services de réanimation sont à la baisse au niveau national. Néanmoins si la souche historique du virus recule, les variants, eux, progressent. Ils représentent désormais quatre nouveaux cas sur dix en moyenne en France et les situations sont très différentes suivant les régions.
Dans les Alpes-Maritimes où l’épidémie continue de progresser le taux d'incidence est désormais de 577 cas pour 100 000 habitants, bien au-delà du reste pays. À titre de comparaison, il s’élève à 189 en moyenne en France. Le ministre de la Santé doit se rendre samedi à Nice où la situation est jugée "très inquiétante" avec des services hospitaliers en surchauffe qui reçoivent des patients de plus en plus jeunes. A Dunkerque où 8 cas sur 10 sont désormais attribués au variant britannique, le nombre des contaminations s’envole et le taux d’incidence explose pour atteindre 658. Un variant britannique plus contagieux qui fait craindre une troisième vague particulièrement violente.
Dans ce contexte, hier, Olivier Véran a estimé que l’heure n’est pas à l’assouplissement des mesures et a appelé les Français à la vigilance. Le ministre de la Santé a d’ailleurs annoncé que la durée d'isolement allait être allongée de 7 à 10 jours pour les malades du Covid-19 à partir de lundi. "Nous ne sommes jamais totalement sortis de la deuxième" vague et "les prochaines semaines seront déterminantes pour freiner la flambée des variants" a mis en garde Olivier Véran alors qu’en cette période de vacances scolaires et de redoux des températures certains ont le sentiment que l’épidémie est derrière eux.

Et ce alors que dans de nombreux pays du globe la situation sanitaire s’améliore. L’OMS vient de dévoiler des chiffres révélant une baisse de 16 % des contaminations recensées en une semaine. Une diminution signalée dans cinq des six régions du monde, notamment en Inde où le recul spectaculaire de l’épidémie intrigue les scientifiques. A l’inverse, la Méditerranée orientale affiche une hausse de 7 % des cas.

Alors quelle est la situation sanitaire en France ? Comment expliquer cette amélioration sur le front épidémique dans le monde ? Pourquoi un tel recul du Covid-19 en Inde ? Enfin où en est la recherche de traitements ? Que sait-on de l'impact de l'hydrogène sur la maladie ?     Invités :   - Philippe Amouyel, unité d'Epidémiologie et de Santé Publique - Inserm - Géraldine Zamansky, journaliste - Magazine de la Santé sur France 5 - Bruno Jeudy, rédacteur en chef des services politique et économie – Paris Match - Mylene Ogliastro, vice-présidente de la Société française de virologie
Télécharger l'application France tv