Confinement : les scientifiques alertent... Macron persiste La vidéo n'est pas disponible

présenté par : Caroline Roux, Axel de Tarlé

Le chef de l’État s’accroche à son pari : celui de lutter contre le Covid sans refermer le pays tout entier. Pour se faire, ... Emmanuel Macron a privilégié une stratégie de dépistage massive ainsi que des mesures localisées dans les zones les plus à risque et la prolongation du couvre-feu à 18h dans tous les pays. Depuis ce samedi, et après une flambée épidémique inquiétante, les Alpes-Maritimes et Dunkerque sont confinés les week-ends pendant au moins deux semaines. Lors de sa conférence de presse, jeudi dernier, le Premier ministre Jean Castex a appelé à renforcer les contrôles dans les 20 départements “sous surveillance”, dont notamment l’Île-de-France, les Bouches-Du-Rhône ou encore la Moselle. Les préfets doivent alors se réunir et décider de nouvelles restrictions dans les prochains jours. Dans le même temps, la mairie de Paris a appelé, via son premier adjoint Emmanuel Grégoire, à un reconfinement strict de trois semaines puis s’est finalement rétracté. Quoiqu’il en soit, l’objectif du président est de tout faire pour ne pas reconfiner le pays, un choix critiqué par certains élus locaux et scientifiques. “Prendre une décision réfléchie contre l'avis majoritaire s'appelle de l'audace. S'y tenir lorsque les paramètres indiquent qu'elle n'est pas bonne est de l’entêtement”, a déclaré sur Twitter le généticien Axel Kahn, président de la Ligue contre le cancer. Même son de cloche du côté du sénateur écologiste et médecin généraliste Bertrand Jomier : “Le chef de l’État a fait un autre choix, celui de défier la réalité du virus contre l’avis des scientifiques. La cour qui l’entoure en est émerveillée. Le virus, lui, a saturé nos hôpitaux. Le prix à payer va être lourd”.   À l’étranger, les mesures pour lutter contre le Covid diffèrent. En Asie et en Océanie, c’est la stratégie dite du “Zéro Covid” qui est privilégiée, à savoir réduire à zéro la circulation du coronavirus. Elle s’accompagne donc d’un confinement strict dès que des cas apparaissent. En Europe, la situation varie : l’Angleterre, qui était confinée depuis décembre, a détaillé son plan de déconfinement progressif avec un retour à la quasi normale avant l’été. Chez nos voisins espagnols, la plupart des régions ont décidé de rouvrir les restaurants, les commerces et les espaces publics. En Italie, les restaurants sont ouverts mais un couvre-feu est instauré de 22h à 5h dans tout le pays et les déplacements entre régions sont interdits sauf motifs impérieux. En Allemagne, des règles strictes sont en vigueur comme le télétravail ou l’interdiction de se rassembler et le pays filtre au niveau de ses frontières. Depuis ce lundi, Berlin a freiné la circulation depuis la Moselle : il est interdit de passer sans test de moins de 48 heures, pas de voyage en trains ou en bus entre le département français et l’Allemagne.   Depuis le jeudi 25 février, les médecins généralistes ont l’autorisation de délivrer le vaccin d’AstraZeneca à leurs patients. Mais il semblerait que ces derniers traînent la patte. Selon des chiffres de la Direction générale de la santé, 29 000 d'entre eux étaient volontaires pour vacciner il y a une semaine. Ils ne seraient désormais plus que 19 187.   La stratégie du “local” choisie par Macron est-elle efficace ? Comment les autres pays européens s’organisent-ils pour lutter contre le Covid ? Pourquoi les médecins généralistes sont-ils de moins en moins nombreux à vouloir vacciner leurs patients ?       Invités :   - Bruno Jeudy, rédacteur en chef du service politique à Paris Match - Sophie Aurenche, journaliste à RTL - Bruno Lina, virologue au CHU de Lyon, membre du Conseil scientifique - Olivier Faye, journaliste politique au Monde, auteur de “La Conseillère”
Télécharger l'application France tv