Covid, impôts... la surprise Biden ! La vidéo n'est pas disponible

présenté par : Caroline Roux, Axel de Tarlé

A la veille du cap symbolique des 100 jours, Joe Biden est attendu ce mercredi soir devant le Congrès pour défendre son bilan, ... mais aussi et surtout, pour annoncer les grands chantiers à venir. Car celui qui avait été surnommé "Sleepy Joe" par son adversaire Donald Trump lors de la campagne, ne cesse de surprendre depuis son entrée à la Maison-Blanche, par son énergie et ses mesures économiques et financières spectaculaires.

Ainsi après avoir fait adopter un plan de sauvetage de l’économie de 1900 milliards de dollars, le président démocrate présentera ce soir deux autres plans : le premier sur les infrastructures (2300 milliards) et le second pour les familles américaines. Le président des Etats-Unis voit grand et souhaite le déblocage d’une nouvelle enveloppe de 1.800 milliards de dollars centrés sur l'éducation ainsi que l'aide aux familles. Et pour les financer, le démocrate veut annuler les baisses d'impôts pour les plus riches votées sous Donald Trump, et augmenter les impôts sur les revenus du capital pour les 0,3 % d'Américains les plus fortunés. Ce qui promet de compliquer le débat.

Joe Biden entend ainsi accélérer la relance de l’économie américaine. Il pourra dans ce sens s’appuyer sur l’action de son administration dans la lutte contre le Covid-19. Quatre mois après son arrivée au pouvoir, les chiffres sont en baisse et sur le plan de la vaccination, les Etats-Unis font figure d'exemple avec plus de 140 millions d'Américains ayant déjà reçu au moins une dose de vaccin, soit environ 42,5 % de la population, et 30 % des Américains totalement vaccinés. Dans ce contexte, l’économie américaine redémarre, les créations d’emplois s’envolent et 54 % des Américains ont une bonne opinion du travail effectué par l’actuel locataire de la Maison-Blanche.

Sur le plan international, le plus vieux président de l’histoire des États-Unis a également surpris ses détracteurs et certains de ses partisans par son dynamisme et ses prises de position. Il a ainsi tenu tête à Xi Jinping et à Vladimir Poutine avec des formules qui font mouche, qualifiant le président russe de "tueur" ou lâchant à propos de son homologue chinois : "Il n’a pas une once de démocratie en lui". Son sommet climat - virtuel - a marqué de façon spectaculaire le retour des États-Unis ("America is back") dans le jeu diplomatique dont son prédécesseur s’était retiré avec fracas. Et cette grand-messe à peine achevée, il a tenu samedi une promesse de campagne emblématique : il a prononcé le mot "génocide" pour parler de la mort d’un million et demi d’Arméniens massacrés par l’Empire ottoman en 1915. Ce qu’aucun de ses prédécesseurs n’avait osé, craignant la vive réaction de la Turquie.
Mais en vieux routier de Washington, l’ancien sénateur sait cependant que le plus dur est à venir sur le plan intérieur où de nombreux dossiers compliqués l’attendent : immigration, armes à feu, élection de mi-mandat en novembre 2022…

Alors quel bilan tirer des 100 premiers jours de Joe Biden à la Maison-Blanche ? Sa politique est-elle révolutionnaire ? Est-ce une juste réponse à la pandémie de Covid-19 ou est-elle excessive, voire imprudente ? Enfin quels sont ses prochains chantiers pour les mois à venir ?     Invités :   - François Clemenceau, rédacteur en chef international - Le Journal du Dimanche - Alexandra de Hoop Scheffer, politologue spécialiste des États-Unis et des relations transatlantiques - German Marshall Fund of the United States  - Nicole Bacharan, historienne, Politologue spécialiste des Etats-Unis et auteure de “First Ladies” - Sonia Dridi, correspondante aux États-Unis – France 24 et auteure de “Joe Biden, le pari de l’Amérique anti-Trump”
Télécharger l'application France tv