Covid : petite accalmie et grosse inquiétude La vidéo n'est pas disponible

présenté par : Bruno Duvic

Une histoire sans fin. Un an et demi après l'apparition du Coronavirus en Chine, cette maladie qui a déjà fait plus de qu atre millions de morts ne cesse de ressurgir de part et autre du globe. À Wuhan, ville berceau de l'épidémie, trois nouveaux cas ont été confirmés cette semaine, amenant à une réaction drastique des autorités chinoises : le dépistage immédiat des onze millions d'habitants de la métropole.   Pendant ce temps, alors que sur son territoire la situation est particulièrement alarmante en Floride et au Texas, Joe Biden appelle à "vacciner le monde". Particulièrement inquiet au vu des ravages du variant Delta, le président américain a annoncé envoyer 110 millions de doses de vaccins à plus de soixante pays, majoritairement africains et sud-américains.   En Europe, le Royaume-Uni rejoint quant à lui l'Allemagne et l'Israël concernant la possibilité d'une troisième dose de vaccin pour les personnes vulnérables et les plus de soixante ans. Jusque là peu à risque concernant les formes graves, les plus jeunes pourraient à leur tour selon certains scientifiques être inquiétés, d'autant qu'ils sont aussi les moins vaccinés.   Dans les hôpitaux et cliniques, le rajeunissement des patients est déjà constaté, et de plus en plus d'entre eux n'ont pas de comorbidités. C'est le cas en Occitanie par exemple, où la situation se tend avec un taux d'incidence qui explose et un nombre d'hospitalisation qui s'accroît. Au CHU de Montpellier, des transferts de malades sont déjà effectués vers des cliniques privées.   Ces longs mois de pandémie causent aussi une autre vague, celle des hospitalisations pour pathologies psychiatriques. Dépression, détresse psychologique, tentatives de suicide, l'isolement accentué chez certains par les confinements successifs développe ou empire les souffrances psychiques. Toujours considérée comme le parent pauvre de la médecine, la psychiatrie doit donc aujourd'hui faire face à une arrivée massive de primo-arrivants.   Alors, la découverte de nouveaux cas en Chine doit-elle nous inquiéter ? La vaccination du monde suffira-t-elle à endiguer l'épidémie ? Les jeunes risquent-ils d'être les principales victimes du variant Delta ? Que faire contre la détresse psychologique causée par la crise sanitaire ?   Invités :   - Bruno Megarbane, chef du service réanimation de l'Hôpital Lariboisière - Nicolas Berrod, journaliste santé au Parisien - Anne Sénéquier, médecin et co-directrice de l’Observatoire de la santé mondiale - Iris - Richard Handschuh, médecin généraliste à Paris, membre du syndicat MG France - Mylène Ogliastro, virologue et chercheuse à l’Inrae de Montpellier, membre du Conseil scientifique de Corse  
Télécharger l'application France tv