Omicron : comment tenir ? La vidéo n'est pas disponible

présenté par : Axel de Tarlé

Pas de couvre-feu le soir de la Saint-Sylvestre, ni de confinement, de report de la rentrée scolaire ou de fermeture des li eux culturels et sportifs. Pour freiner la cinquième vague de Covid-19 et la propagation du variant Omicron, l’exécutif a décidé d’écarter les mesures les plus radicales qui paralyseraient le pays, à la différence de certains de nos voisins européens. Le Premier ministre préfère appeler les Français à la responsabilité pour le Réveillon et mise sur la vaccination avec la mise en œuvre d’un passe vaccinal dès le 15 janvier. Mais d’ici là, il a également opté pour un renforcement de certains dispositifs en vigueur et a décidé quelques obligations à partir de lundi 3 janvier, et ce pour trois semaines. Ainsi le télétravail obligatoire va faire son retour dans toutes les entreprises et pour tous les salariés "à raison de trois jours par semaine" voire quatre jours "si c'est possible". La mesure s’appliquera aussi à la fonction publique. Jean Castex a également indiqué qu’un éventuel raccourcissement de la période d’isolement des malades et cas contacts était encore en cours de discussion. L’annonce devrait avoir lieu en fin de semaine. L’objectif affiché est de limiter "l’impact sur la société d’une multiplication des contaminations et des cas contacts, qui peut entraîner une paralysie des services publics et privés" a expliqué le ministre de la Santé alors que les arrêts maladies des personnes cas contact ont augmenté de 740 % entre le 1er novembre et le 19 décembre.   Parallèlement, le port du masque en extérieur va lui faire son retour "dans tous les centres-villes" où préfets et maires le jugent utile, tout comme les jauges. Les grands rassemblements vont en effet être considérablement revue à la baisse : ils seront limités à 5000 personnes en extérieur, 2000 en intérieur, et les concerts debout seront interdits. Des annonces qui sont un "nouveau coup dur" pour le monde du spectacle. "Cela se traduira par des heures en moins pour les intermittents du spectacle et fragilisera fortement encore de nombreuses entreprises" a expliqué alika Séguineau, directrice générale du Prodiss, l’organisation patronale représentative des principales entreprises du spectacle musical et de variété en France.   Du côté des bars, cafés et restaurants, l’heure n’est pas non plus à la fête. Car si les établissements restent ouverts, ils vont devoir renoncer aux consommations au comptoir, servir uniquement des clients attablés et ils craignent de perdre une nouvelle fois des clients. Enfin, les consommations alimentaires et de boisson vont aussi être proscrites dans les salles de sport, les lieux de culture - cinémas et théâtre -, ainsi que dans les transports, "y compris longue distance". Une dernière annonce qui en a laissé perplexe plus d'un sur les réseaux sociaux. Les internautes s’interrogeant sur cette mesure difficilement applicable, notamment pour les trajets de plusieurs heures en avion.   Un secteur du transport aérien déjà fortement impacté par la pandémie de Covid-19 et qui voit sa fin d’année encore assombrie par l’arrivée du variant Omicron. Le week-end dernier pas moins de 8 000 vols dans le monde ont dû être annulés en raison notamment de la mise en quarantaine de pilotes, hôtesses de l'air et autres membres du personnel. Les restrictions de voyage dans plusieurs pays (Royaume-Uni, Pays-Bas, Maroc…), les entraves à la vie sociale dans d’autres (Allemagne, Danemark, Irlande…) et les annulations de réservations pèsent également sur l’activité des compagnies aériennes qui entrent à nouveau dans une zone de fortes turbulences. Alors les mesures annoncées par Jean Castex seront-elles suffisantes pour lutter contre la 5e vague de Covid-19 ? Avec Omicron, l'économie française risque-t-elle la paralysie ? Enfin quelles perspectives pour le secteur aérien ?   Invités :   - Élie Cohen, économiste – Chercheur au CNRS - Jade Grandin de L'Éprevier, journaliste éco – L’Opinion - Sandra Hoibian, directrice du pôle société – Crédoc - Nicolas Berrod, journaliste – Le Parisien – Aujourd’hui en France
Télécharger l'application France tv