Poutine : quelles sanctions après l’horreur ? La vidéo n'est pas disponible

présenté par : Caroline Roux, Axel de Tarlé

C’est une première en près de six semaines de conflit. Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, s’exprimera ce mardi lor s d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur l’Ukraine, dominée par « le massacre de Boutcha » dont les images de civils exécutés et de fosses communes abritant de nombreux corps ont fait le tour du monde depuis samedi. Le nombre total de morts reste encore incertain. Mais selon justice ukrainienne, plus de 410 civils ont été retrouvés dans les territoires de la région de Kiev récemment repris aux troupes russes.   Le président Ukrainien qui s’est rendu lundi sur place a dénoncé des « crimes de guerre » et un « génocide ». « Le temps viendra quand chaque Russe apprendra toute la vérité sur qui d'entre leurs compatriotes a tué. Qui a donné les ordres », a déclaré Volodymyr Zelensky cette nuit dans une vidéo, appelant à livrer davantage d'armements à son pays et à renforcer les sanctions contre Moscou.   Lundi, les Etats-Unis et le Canada ont annoncé de nouvelles mesures à venir contre la Russie, quand Paris et Berlin ont décidé de suivre un mouvement amorcé dès la semaine dernière dans plusieurs pays de l’Union européenne (UE) en expulsant massivement des diplomates russes suspectés d’espionnage. Trente-cinq d’entre eux quitteront la France en raison de leurs « activités contraires à l’intérêt [du pays] », « une quarantaine d’autres devront partir d’Allemagne parce qu’ils représenteraient une menace pour les personnes recherchant une protection », a déclaré la ministre des Affaires étrangères allemande. D’autre part, « Nous devons rehausser notre réponse en matière de sanctions »  a affirmé Annalena Baerbock. Depuis plusieurs jours, un cinquième paquet de sanctions contre la Russie est en préparation au sien de l’UE et la Commission européenne va le soumettre ce mercredi aux Vingt-sept. Parmi les mesures proposées on trouve un embargo sur les importations de charbon et caoutchouc, ainsi que l'interdiction d'exporter des semi-conducteurs et des machines-outils de pointe. Le pétrole et le gaz russe restent en revanche pour l’instant hors du champ d'application des sanctions européennes, malgré la pression de plusieurs Etats membres.   De son côté, le président russe Vladimir Poutine a suspendu lundi la procédure de visa simplifiée pour les représentants et les journalistes des pays européens. La Russie a également prévenu ce mardi qu’« elle répondra de manière proportionnelle aux expulsions de ses diplomates ordonnées par un certain nombre de pays occidentaux ». Dans un message sur Telegram, l'ancien président du pays et directeur adjoint du conseil national de sécurité, Dmitri Medvedev a écrit : « tout le monde connaît la réponse : elle sera symétrique et destructrice pour les relations bilatérales ». « Qui ont-ils puni ? En premier lieu, eux-mêmes ». D’autre part, Moscou rejette toujours toute responsabilité dans le massacre de Boutcha, le Kremlin et le ministre russe des Affaires étrangères évoquant des « falsifications » et des mises en scène ukrainiennes. Mais des images satellites montrent que des cadavres étaient dans les rues de Boutcha depuis au moins trois semaines – quand Moscou contrôlait la ville, donc.   L’Otan pour sa part vient d’annoncer que les forces russes préparent une « attaque massive » dans l’est de l’Ukraine et la Russie s’apprête à prendre « le contrôle de l’ensemble du Donbass ». La population est exhortée à fuir l’est du pays.   Invités :   François CLEMENCEAU - Rédacteur en chef international - « Le Journal du Dimanche » Antoine VITKINE – Journaliste, réalisateur du documentaire : « La vengeance de Poutine » Annie DAUBENTON - Journaliste spécialiste de l’Ukraine, auteur de « Ukraine, l'indépendance à tout prix » Jean-Dominique GIULIANI - Président de la Fondation Robert Schuman, auteur de « Européen sans complexe »
Télécharger l'application France tv