La Reine jubile, Boris Johnson décline La vidéo n'est pas disponible

présenté par : Caroline Roux, Axel de Tarlé

Carrosse, feuilles d'or et grand show. Quatre jours de fêtes outre-manche pour le premier jubilé de platine d'un monarque britannique. Celui d'Elisabeth II évidemment, qui célèbre sa longévité record sur le trône : 70 ans. Apparue au balcon de Buckingham, devant des centaines de milliers de personnes rassemblées sur le Mall de Londres, la reine âgée de 96 ans a probablement fait une de ses dernières apparitions publiques.   Ces festivités, retransmises dans le monde entier, soulignent l'intérêt incroyable portée sur cette famille royale. Ce matin, tous ses membres en activité – exit donc Harry et Meghan – a salué la foule. Une dynastie ultra-populaire, qui suscite tous les fantasmes et toutes les théories, alors que le Prince Charles, 73 ans, premier dans l'ordre de succession, s’apprête à présent à succéder à sa mère.   Reine d'Angleterre, Elisabeth II est aussi reine du Commonwealth, vaste organisation intergouvernementale composée de 54 anciennes colonies. L'Australie, le Canada ou encore la Nouvelle-Zélande en font partie. Mais l'empire semble aujourd'hui se déliter, l'île de la Barbade, par exemple, s'est affranchit l'an dernier de la couronne britannique en se déclarant République.   Pendant ce temps-là, le Premier ministre Boris Johnson cherche à restaurer la grandeur de la Grande-Bretagne post-Brexit, et à lui redonner de l'aura sur la scène internationale. C'est ce que vise son vaste programme "Global Britain" qui cherche à développer une politique pro-business pour une meilleure attractivité du pays. Sur le plan géopolitique, BoJo cherche là aussi à exister, entre visite surprise à Kiev et unité affiché avec Joe Biden,   Ce jubilé, moment d'unité de la nation, marque surtout un répit pour celui qui est englué dans le scandale du partygate. La fronde de son parti pourrait même lui être fatale puisqu'une motion de défiance interne des conservateurs pourrait être votée dans les prochains jours. Ce qui obligerait Boris Johnson à démissionner, au risque de voir les députés bloquer systématiquement sa politique.   C'est aussi la santé économique du pays qui est en berne et le fragilise. L'inflation est record, au plus haut depuis plus de trente and, et pourrait même dépasser les 10% cet automne. À cela s'ajoute les conséquences négatives du divorce avec l'UE, comme les pénuries de main d'oeuvre et de produits dans certains secteurs.   Alors, comment analyser l'intérêt du monde autour de la monarchie britannique ? Le programme "Global Britain" de Boris Johnson peut-il réussir ? Quel avenir pour ce Premier ministre empêtré entre les scandales et les difficultés économiques ?     Invités :      - Philip Turl - Journaliste britannique et chroniqueur international à France 24   - Pascal Boniface - Directeur de l’IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques)   - Agnès-Catherine Poirier - Correspondante en Grande-Bretagne pour L’Express    - Florentin Collomp - Journaliste au Figaro, spécialiste Europe, ex-correspondant à Londres   - Éric Albert (en direct de Londres) - Journaliste, correspondant à Londres pour Le Monde
Télécharger l'application France tv