présenté par : Jamy Gourmaud

La Comédie-Française est installée au Palais-Royal à Paris. Depuis plus de trois siècles, cette institution met en avant le s plus grands auteurs de théâtre français. Revenons en 1680, période durant laquelle il existe deux troupes de théâtre, d’un côté celle de Molière que l’on appelle la Troupe de l’Hôtel Guénégaud et de l’autre, la Troupe de l’Hôtel de Bourgogne. L’une spécialisée dans le théâtre populaire et l’autre dans la tragédie. C’est le roi Louis XIV qui décide de les réunir pour créer un théâtre unique qui met à l’honneur le théâtre Français en nommant l’unique Troupe, la Comédie-Française. Le monarque choisira les meilleurs pour ses représentations de Racine à Corneille en passant par Scarron, Rotrou et Molière. Aujourd’hui le répertoire français compte pas moins de 3 500 œuvres. Jamy remonte le temps pour nous raconter la naissance d'une institution légendaire.    À l’époque, les comédiens étaient choisis par le roi en personne. Aujourd’hui pour rentrer à la Comédie-Française, il faut attendre que l’administrateur général vous appelle. Il est le seul à pouvoir nommer un nouveau membre. Les écoles de théâtres restent un vivier de choix pour l’administrateur, alors la meilleure solution de se faire remarquer, est de briller.   Molière est l’auteur le plus joué à la Comédie-Française, par exemple "Tartuffe" a été joué plus de 3 000 fois depuis 1680. Il occupe tellement l’espace, que l’on surnomma le théâtre "La maison de Molière". Tous les 15 janvier, jour de son baptême, les comédiens se réunissent sur scène autour de son buste pour clamer les plus belles répliques du dramaturge.   La Comédie-Française est un véritable vivier pour le cinéma, ce qui n’a pas toujours été bien vu par l’institution. Dès l’apparition du 7e art, des membres de la Comédie-Française sont tentés de passer devant la caméra, mais attention, quand on est membre de la Comédie-Française, on ne peut pas jouer n’importe quoi. À l’époque, beaucoup ont dû faire le choix entre les deux. Aujourd’hui, ce temps est révolu et ces deux arts se complètent bien.   Chaque semaine, on peut voir jusqu’à cinq pièces différentes, grâce aux 60 comédiens, mais aussi les invisibles, plus de 300 personnes en coulisses, qui représentent 70 métiers. Les décors sont fabriqués à Sarcelles, en banlieue parisienne, menuisiers, peintres et décorateurs s’activent pour atteindre l’excellence. Les costumes, eux, sont confectionnés à la main, au Palais-Royal. Et grâce aux techniciens de plateau, la scène peut changer deux fois par jour de décor, bien cachés en haut et en bas, dans la cage de scène. Il n’existe plus que deux salles en France avec ce système, la salle Richelieu et l’Opéra Garnier.
Télécharger l'application France tv