En novembre 2017, le président Emmanuel Macron s'est engagé à restituer les œuvres d'art volées aux pays africains, à l'époque ... coloniale. Parmi les 90 000 œuvres subsahariennes recensées dans les collections françaises, la querelle autour de ces restitutions se cristallise autour d'une œuvre, la sculpture du dieu Gou, volée au Bénin en 1894 et aujourd'hui exposée au musée du Louvre. D'abord simple butin de guerre, elle fut exposée lors de la première exposition coloniale de 1893. Révérée par Apollinaire, recopiée par Picasso ou étudiée par Le Corbusier, cette statue du dieu Gou, que l'on surnomme la "Joconde africaine", est aujourd'hui réclamée par son pays de naissance.
Télécharger l'application France tv