Dans les pornos au Japon, les sexes sont floutés ou pixelisés car jugés obscènes. Un paradoxe immense quand on voit la plac e de la culture cul chez les nippons. L’artiste japonaise Megumi Igarashi a fait les frais de cette contradiction et s’est retrouvée en prison pour avoir fait de l’art à partir d’un moulage de sa vulve. Elvire et Sarah sont parties à la rencontre de cette artiste qui a fait de son sexe un outil artistique et d’émancipation féminine et ont atterri à Kawasaki où se déroule chaque année un festival dédié... au phallus bien sûr !
Télécharger l'application France tv