À quoi ressemble le porno de la Génération 2021 ?
Live cam, ventes de nudes, Influenceurs du sexe… Créer du contenu po ... ur adultes depuis sa chambre est désormais à portée de clics.
Le nouveau porno se passe désormais sur les plateformes et les réseaux sociaux, et touche de plus en plus de jeunes : 67% des moins de 25 ans disent regarder du contenu pornographique.
Le porno 2.0 s'assume et s'affiche sans filtre : "On veut tout montrer, c'est ça qui plaît", expliquent Hélène et Quentin du collectif BDSM "enmarchenoire", spécialiste des live sexe. Rencontre avec ce jeune trio français qui partage tout sur Internet : son quotidien comme sa vie sexuelle.
En plein boom depuis le premier confinement, les sites OnlyFans et Mym, surnommés les « Instagram du porno », ont permis aux créateurs et aux consommateurs de X de se retrouver sur ces nouvelles plateformes où les abonnés doivent payer pour voir photos et vidéos. Un nouvel eldorado pour les travailleurs du sexe qui peuvent échanger directement avec leurs abonnés sans intermédiaire. "L'avantage c'est de faire ce que je veux, quand je veux. C'est moi qui choisis les positions, c'est moi qui choisis le partenaire, c'est moi qui choisis si on montre les visages, c'est moi qui choisis combien de temps durent les scènes", assure Diane, 26 ans, qui s'est lancée au tout début de la crise sanitaire.
James a 29 ans, il est la star française masculine du porno sur OnlyFans : "Les gens veulent aussi une connexion plus proche et authentique ». Aujourd'hui il coache des couples amateurs qui veulent percer dans ce porno des réseaux sociaux : "Je pense que dans 5 ans, les gens diront : 'quoi, mais t'as pas d'OnlyFans ?' Ce sera devenu la norme, en fait".
Mais ces nouveaux modes de consommation du sexe connaissent aussi leurs dérives. C'est ce que dénonce la Youtubeuse de 24 ans Crazy Sally, qui a enquêté sur la présence de mineurs sur ces nouvelles plateformes : "J'y ai découvert de la pédo-pornographie". Sally a rencontré Léa, mineure et inscrite sur Mym et OnlyFans. Depuis plusieurs mois elle propose des photos d'elle nue à des adultes contre de l'argent. "Pour moi, ça fait partie de notre génération. On veut la vie des meufs d'Insta et on est presque prêtes à tout pour ça", indique la jeune fille dans une interview coup de poing. Jane, elle, s'est mise à vendre des nudes à 18 ans sur Twitter, avant de rapidement connaître une descente aux enfers. Mise à la rue par sa famille qui a découvert son secret, la jeune fille a accepté de témoigner pour alerter sur les conséquences de cette activité : cyber-harcèlement, rupture avec ses proches, prostitution, angoisse de l'avenir. Elle raconte aujourd'hui : "Je n'ai pas envie de rester sur cette vie là, j'ai envie de me construire un futur différent." Un témoignage fort qui interroge le rapport de la jeune génération au porno 2.0.
Télécharger l'application France tv