Fermeture de la bannière france.tv mobilelogo france tv
Découvrez l'app France tvétoile sur la bannière app
Installer
France.tv - Programmes et replay des chaînes France Télévisions

page 47 / toutes les vidéos opéra et musique classique

toutes les vidéos tous les programmes

Le Triptyque de Puccini:Une tragédie florentine de Zemlinsky

Une tragédie florentine de Zemlinsky face au Gianni Schicchi de Puccini.Créé en 1918 par Giacomo Puccini, Il Trittico (Le Triptyque) est une variation en trois opéras d'un acte, chacun autour du thème de la mort : une tragédie sentimentale (Il Tabarro), un épisode d'horreur (Suor Angelica) et une farce (Gianni Schicchi).En 2012, l'Opéra de Lyon proposait trois soirées, associant chaque ouvrage du Triptyque de Puccini à un opéra plus rare, d’expression germanique, d’esthétique, de couleur et d’ambiance différentes : Il Tabarro plus Von heute auf morgen de Schoenberg ; Suor Angelica plus Sancta Susanna de Hindemith ; Gianni Schicchi plus Une tragédie florentine de Zemlinsky.Une tragédie florentine, d'Alexander von Zemlinsky, à mettre en regard avec Gianni Schicchi, troisième volet du Triptyque de Puccini.A Florence, Italie.Simone, un opulent négociant, rentre de voyage et découvre son épouse Bianca en compagnie du prince Guido Bardi ; la discussion s’engage. Feinte indifférence, jalousie et mépris réciproques se répondent, tandis que Bianca paraît avoir nettement décidé pour le prince. De provocation en provocation, un duel s’ensuit...Opéra en un acte (1917) d’après Oscar Wilde, chanté en allemand
Retrouvez chaque semaine les plus grands musiciens, chanteurs, danseurs, chorégraphes ou metteurs en scène Au clair de la lune, le jeudi sur France 2

Le Triptyque de Puccini : Von heute auf morgen de Schoenberg

Von heute auf morgen d'Arnold Schoenberg face au Il Tabarro de PucciniCréé en 1918 par Giacomo Puccini, Il Trittico (Le Triptyque) est une variation en trois opéras d'un acte, chacun autour du thème de la mort : une tragédie sentimentale (Il Tabarro), un épisode d'horreur (Suor Angelica) et une farce (Gianni Schicchi).En 2012, l'Opéra de Lyon proposait trois soirées, associant chaque ouvrage du Triptyque de Puccini à un opéra plus rare, d’expression germanique, d’esthétique, de couleur et d’ambiance différentes : Il Tabarro plus Von heute auf morgen de Schoenberg ; Suor Angelica plus Sancta Susanna de Hindemith ; Gianni Schicchi plus Une tragédie florentine de Zemlinsky.Von heute auf morgen d'Arnold Schoenberg à mettre en regard avec Il Tabarro, premier volet du Triptyque de Puccini.En rentrant d’une soirée, un couple marié discute, se dispute.Le Mari a été séduit par une Demoiselle, vivant elle-même avec un Chanteur. Jalousie contre jalousie, la Femme n’a pas été insensible au Chanteur…Scène de ménage, menace de rupture, réconciliation dépeignent mille nuances de sentiments et autant d’accords dans le désaccord, à l’image des principes dodécaphoniques appliqués par Schoenberg à sa partition.Opéra en un acte (1930), chanté en allemandRetrouvez chaque semaine les plus grands musiciens, chanteurs, danseurs, chorégraphes ou metteurs en scène Au clair de la lune, le jeudi sur France 2

Le Triptyque de Puccini : Gianni Schicchi à l'Opéra de Lyon

La farce florentine d'Il Trittico de PucciniCréé en 1918 par Giacomo Puccini, Il Trittico (Le Triptyque) est une variation en trois opéras d'un acte, chacun autour du thème de la mort : une tragédie sentimentale (Il Tabarro), un épisode d'horreur (Suor Angelica) et une farce (Gianni Schicchi). Le Triptyque est une prouesse de la part de Puccini, qui réussit à composer des œuvres de trois styles différents, soulignant un aspect fondamental du théâtre selon le compositeur : "éveiller l'intérêt, surprendre, émouvoir et faire rire".Il Tabarro, Suor Angelica et Gianni Schicchi ont été pensés pour être joués ensemble au cours d’une même soirée. Mais depuis, il est rare de pouvoir les découvrir ainsi.En 2012, à l'occasion du festival Puccini Plus, l'Opéra de Lyon proposait de rejouer ces trois opéras à la suite lors de plusieurs soirées dédiées, mais également de les faire dialoguer avec des oeuvres contemporaines plus rares. La farce florentine Gianni Schicchi était alors mise en relation avec Une tragédie florentine de Zemlinsky.Il Trittico (Le Triptyque) de Puccini se conclût pas la farce florentine Gianni Schicchi, opéra en un acte où l'intéressé déploie des trésors d'ingéniosité pour réécrire le testament d'un défunt à son avantage.A Florence, Italie. Le riche Buoso Donati vient de mourir. Sa famille qui espère mettre la main sur sa fortune apprend écœurée que l’aïeul a tout légué à un monastère ! L’ingénieux Gianni Schicchi est consulté : il se fera passé pour le défunt – dont le décès ne s’est pas encore ébruité. On convoque le notaire à qui Schicchi, sous l’apparence de Donati agonisant, dicte un nouveau testament…Opéra en un acte (1918
), chanté en italienRetrouvez chaque semaine les plus grands musiciens, chanteurs, danseurs, chorégraphes ou metteurs en scène Au clair de la lune, le jeudi sur France 2

Le Triptyque de Puccini : Sancta Susanna de Hindemith

Sancta Susanna de Paul Hindemith face au Suor Angelica de Puccini.Créé en 1918 par Giacomo Puccini, Il Trittico (Le Triptyque) est une variation en trois opéras d'un acte, chacun autour du thème de la mort : une tragédie sentimentale (Il Tabarro), un épisode d'horreur (Suor Angelica) et une farce (Gianni Schicchi).En 2012, l'Opéra de Lyon proposait trois soirées, associant chaque ouvrage du Triptyque de Puccini à un opéra plus rare, d’expression germanique, d’esthétique, de couleur et d’ambiance différentes : Il Tabarro plus Von heute auf morgen de Schoenberg ; Suor Angelica plus Sancta Susanna de Hindemith ; Gianni Schicchi plus Une tragédie florentine de Zemlinsky.Sancta Susanna, de Paul Hindemith, à mettre en regard avec Suor Angelica, deuxième volet du Triptyque de Puccini.Dans un couvent.Une nuit, sœur Susanna surprend les cris de plaisir d’un couple en plein ébat près de la chapelle. Fascinée autant que révoltée, elle maudit les amants. Une de ses compagnes lui raconte alors une vieille histoire du couvent : une religieuse, surprise nue en train de caresser un Christ en croix, fut emmurée vivante...
Opéra en un acte (1922), chanté en allemand



Don Pasquale de Donizetti au Théâtre des Champs Elysées

Denis Podalydès met en scène le chef-d’œuvre de Donizetti.C'était l'événement de la saison 2012 à Paris. Avec ce spectacle, Denis Podalydès et sa troupe offre une nouvelle jeunesse à Don Pasquale - un opéra pour tous à l'énergie communicative.Opéra bouffe en trois actes sur un livret de Giovanni Rufini et du compositeur.Don Pasquale, mérite bien son nom d'Opéra-Bouffe, c'est le chef-d’œuvre hilarant de Donizetti. Il y est question d'un vieux barbon terrorisé par sa jeune épouse, de machinations et de quiproquos. Mis en scène par Denis Podalydès.Le metteur en scène et illustre sociétaire de la Comédie-Française a choisi de planter son petit théâtre d'opéra dans l'univers de la comédie italienne des années 60, un univers survolté à la Risi. Don Pasquale n’est plus un riche rentier, mais un vendeur ambulant de luminaires -  avec lui, nous sommes entrainés dans un véritable tourbillon à la distribution impeccable.Jouée pour la première fois au Théâtre Italien de Paris en 1843, Don Pasquale est un opéra bouffe en trois actes.Riche barbon dépourvu de descendance directe, Don Pasquale enrage de voir que son héritier, son neveu Ernesto, envisage d’épouser Norina, une jeune veuve désargentée. Il décide donc de se marier lui-même et charge son ami Malatesta de lui trouver un parti convenable afin de faire des enfants et d’ainsi déshériter Ernesto. Mais Malatesta ne l’entend pas de cette oreille. Il entreprend donc de duper son vieil ami en faisant passer Norina pour sa jeune sœur et de la présenter à Pasquale en qualité de fiancée idéale, timide et obéissante. Un faux notaire bénit l’union et aussitôt, Norina se change en épouvantable mégère. Excédé, Pasquale demande à Malatesta de régler se problème par tous les moyens et c’est ainsi qu’il se trouve soulagé et heureux d’apprendre la véritable identité de Norina, qui, bien sur, finit par épouser Ernesto.

Atom Heart Mother de Pink Floyd au Théâtre du Chatelet

En 1970, les Pink Floyd enregistre un disque concept qui fera date dans l’histoire de la musique: "Atom Heart Mother".Né de la rébellion contre la standardisation de la musique pop, l’œuvre est un pont entre musique populaire et savante.Aujourd’hui objet d’étude inscrite au programme du baccalauréat, l’œuvre est reprise en février 2012 avec à la baguette Ron Geesin. C’est l’occasion de réécouter et comprendre pourquoi ce melting pot musical s’inscrit à jamais dans l’histoire de la musique.Paru en 1970, à l'aube de l'ère des concept albums et du rock expérimental, Atom Heart Mother - le cinquième album de Pink Floyd - allait résolument contre le format traditionnel de la chanson et du rock, délaissant volontiers les structures refrain-couplet pour s'aventurer vers la suite orchestrale, certains morceaux dépassant allègrement la barre des 25 minutes. Férus de musique classique, les membres du groupe s'étaient adjoint pour l'occasion les services de Ron Gleesin, qui détaille son travail et son engagement auprès d'eux ici.C'est à ses côtés, et avec l'ensemble vocal les Métaboles, que l'Orchestre Philharmonique a revisité l'oeuvre en janvier dernier le temps d'un concert destiné à un public scolaire, le disque ayant été inscrit cette année au programme de l'option musique du baccalauréat. France Musique en donne également à lire une analyse foisonnante.

"Le Prince Igor" de Borodine par Iouri Lioubimov au Bolchoï

"Le Prince Igor" est l'unique opéra d'Alexandre Borodine, compositeur russe du XIXe siècle également médecin et chimisteDans le théâtre mythique et rénové du Bolchoï à Moscou, découvrez l'opéra rarement donné "Le Prince Igor" d'Alexandre Borodine. Cette mise en scène d'Iouri Lioubimov a été filmée en décembre 2012.

Madrigaux de Monteverdi, Livre II à la Philharmonie

Intégrale des madrigaux de Monteverdi par les Arts Florissants et Paul Agnew. Livre II, Monteverdi affirme son art Voici le deuxième concert de l'intégrale des madrigaux de Monteverdi par Les Arts Florissants, dirigés par Paul Agnew. Ce Livre II sonne comme la première déclaration d’intention artistique de Claudio Monteverdi et reflète avec justesse sa personnalité créatrice, profane et voluptueuse. « Interpréter tous les Livres de madrigaux permet de comprendre la fantastique évolution de la musique de Monteverdi et à travers elle, de découvrir la révolution qui a eu lieu dans la musique en Italie au début du XVIIe siècle. » Paul Agnew, site des Arts Florissants  Le madrigalLe madrigal est une forme de musique vocale ancienne, qui s'est développée au cours de la Renaissance et du début de la période baroque.Livre II, un engagement artistiqueMonteverdi choisit pour ce Livre II des textes poétiques du poète Le Tasse. Ceux-ci mettent en valeur la sensibilité humaniste de son époque et ce choix n'est pas anodin. Ce recueil coloré, mêlant cinq voix, constitue le premier témoignage de l’harmonie monteverdienne. Paul Agnew, directeur musical et ténor, présente les huit Livres des madrigaux. En particulier, il décrit les influences reçues par Monteverdi lors de l'écriture des premiers Livres :https://youtu.be/330vkLDBGoEVoir l'intégrale des madrigaux : Les Livres I à VII en replayLe Livre VIII (partie 1) en direct le 20 avril 2015  (partie 1) puis en replayLe  Livre VIII (partie 2) en direct le18 mai 2015 (partie 2) puis en replay Livre IINon si levav’ancor l’alba novella (prima parte)E dicea l’una l’una sospirando allora (seconda parte)Bevea Fillide miaDolcissimi legami di parole amoroseNon giacinti ò narcisiInterno à due vermiglie e vaghe labraNon sono in queste riveTutte le bocche belleDonna, nel mio ritorno il mio pensieroQuell’ombr’esser vorreiS’andasse Amor à cacciaMentr’io miravo fisoSe tu mi lassi, perfida, tuo danoEcco mormorar l’ondeLa bocc’onde l’asprissime paroleDolcemente dormiva la mia CloriCrudel, perché mi fuggiQuesto specchio ti donoNon m’è grave il morireTi spontò l’ali, Amor, la donna miaCantai un tempo, e se fu dolce il canto

Les Grands Motets de Campra à Versailles

Découvrez les Grands Motets de Campra à Versailles.A la croisée des siècles, des styles et des goûts, André Campra (1660-1744) est mis à l'honneur depuis 1993 par le Centre de musique baroque de Versailles, à travers un ensemble de concerts, "Les Grandes Journées Campra".André Campra est au cœur du baroque français : sa musique illustre à la fois la permanence et l’évolution du style qui valut à la France son prestige dans l’Europe entière.Extrait du "Cum invocarem" d'André Campra avec Les Agrémens dirigé par Guy Van Waas, le choeur de chambre de Namur et François-Nicolas Geslot.Présent dans les sanctuaires (de Notre-Dame à la Chapelle Royale, en passant par maints couvents parisiens), Campra est incontestablement le plus grand auteur lyrique entre la mort de Lully et les débuts de Rameau. Avec une vingtaine d’ouvrages (dont plusieurs succès immenses) il marque durablement son époque, aussi bien par la violence dramatique de ses tragédies, que par les airs de bravoure qu’il dissémine ça et là afin de faire briller les plus belles voix de l’Académie royale. De la chapelle à la scène, le compositeur se révèle aussi homme du monde : il a signé l’un des plus importants corpus de cantates françaises qui, dans les salons de Paris et de Versailles, connaissent un engouement durable.

Madrigaux de Monteverdi, Livre I à la Philharmonie

Intégrale des madrigaux de Monteverdi par les Arts Florissants et Paul Agnew. L'aventure commence avec le Livre ILes Arts Florissants dirigés par Paul Agnew interprètent le Livre I de madrigaux de Monteverdi, premier concert d’une intégrale des madrigaux donnée sur quatre saisons. Ce premier Livre est écrit par un Monteverdi de 19 ans. C'est une oeuvre de jeunesse, la première pierre de l'édifice d'une vie. « Interpréter tous les Livres de madrigaux permet de comprendre la fantastique évolution de la musique de Monteverdi et à travers elle, de découvrir la révolution qui a eu lieu dans la musique en Italie au début du XVIIe siècle. » Paul Agnew, site des Arts Florissants  Le madrigalLe madrigal est une forme de musique vocale ancienne, qui s'est développée au cours de la Renaissance et du début de la période baroque.Le Livre I, un Livre écrit dans un style pastoralÉcrit en 1587, le Livre I des madrigaux de Monteverdi est dédié au comte Marco Verità, poète et mécène de Vérone. Monteverdi a 19 ans et cherche peut-être à se faire engager. Le recueil est écrit dans un style pastoral et parfois dissonant. L’une des pièces, "La vaga pastorella", s’ouvre sur une série de bonds décrivant la bergère dans un champ.Un Livre déjà riche dans la variété des émotions retranscrites La légèreté  alterne avec les larmes. Certains passages sont plein de dissonances qui viennent dépeindre la peine. Conversation entre Paul Agnew et Pascal Duc
, conseiller musical des Arts Florissants, à propos des sources bibliographiques originales des madrigaux et de la nouvelle édition utilisée par les Arts Florissants : https://youtu.be/4_jGqCqaS10Voir l'intégrale des madrigaux : Les Livres I à VII en replayLe Livre VIII (partie 1) en direct le 20 avril 2015  (partie 1) puis en replayLe  Livre VIII (partie 2) en direct le18 mai 2015 (partie 2) puis en replay Livre ICh’ami la vita mia nel tùo bel nomeSe per havervi oime donato il coreA che tormi il ben moiAmor per tua mercè vattene à quellaBaci soavi, e cariSe pur non mi consentiFilli cara & amataPoi che del mio doloreFumia la pastorellaAlmo divino raggioAll’hora i pastor tuttiSe nel partir da voi vita mia sentoTra mille fiamme e tra mille cateneUsciam Ninfe homai fuor di questi boschi Questa ordì il laccioLa vaga pastorellaAmor s’il tuo ferireDonna s’io miro voi giaccio divengoArdo sì ma non t’amoArdi ò gela à tua vogliaArsi & alsi à mia voglia

La Traviata de Giuseppe Verdi à la Fenice

Avec la création de La Traviata, Verdi affirme la prédominance du drame, du théâtre et du chant dans l'Opéra.La musique se coule dans les nécessités d’une action et d’un texte justifiés par elle. Respectueuse en apparence des conventions de l’opéra italien (airs et cabalettes, chœurs), elle les plie et les modèle à l’évolution dramatique. La force du drame prime sur la forme conventionnelle.À Paris, au milieu du XIXe siècle, un jeune homme de famille honorable, Alfred Germont, s’éprend de la courtisane Violetta.Celle-ci quitte le baron qui l’entretient pour s’installer à la campagne avec Alfred, sacrifiant ses bijoux pour maintenir leur train de vie.Le père d’Alfred convainc la jeune femme de renoncer à son fils pour ne pas compromettre son avenir et l’honneur de sa famille. Violetta accepte et reprend sa liaison avec le baron.Se croyant trompé, Alfred insulte publiquement Violetta.Celle-ci meurt peu après, en présence d’un Alfred repentant.ACTE I Violetta Valéry, une demi-mondaine, donne une grande réception. On lui présente le jeune Alfredo Germont, secrètement amoureux d'elle. Violetta, saisie d'un malaise soudain, demande qu'on la laisse seule. Alfredo, toutefois, reste avec elle. Il lui déclare son amour, que la jeune femme, bien que touchée, ne semble pas prendre au sérieux. Les invités prennent congé et, restée seule, Violetta s'avoue troublée par ce jeune homme. Mais elle se ressaisit : sa destinée n'est pas de vivre pour l'amour d'un seul homme, elle doit rester libre et parcourir tous les chemins du plaisir. ACTE II Premier tableau Violetta a fini par céder à l'amour d'Alfredo et s'est réfugiée avec lui dans sa maison de campagne. Giorgio Germont, le père d'Alfredo, se présente. Il demande à Violetta de renoncer à son fils et évoque sa fille, qui ne peut se marier à cause de la liaison scandaleuse de son frère. Comprenant que son passé la poursuivra toujours, Violetta cède : elle quittera Alfredo et reprendra son ancienne vie. Germont prend congé, ému par la noblesse de cette femme qu'il a contrainte au sacrifice. Le retour d'Alfredo la surprend et elle s'éclipse après des adieux que le jeune homme ne comprend pas. Sans rien dire de sa visite à Violetta, Germont cherche à consoler le désespoir de son fils en lui vantant les vertus de la vie familiale. Mais Alfredo ne songe qu'à retrouver Violetta. Deuxième tableau La fête bat son plein chez Flora Bervoix, une amie de Violetta. Alfredo surgit. Violetta fait à son tour son entrée, accompagnée du baron Douphol. Partagée entre le désir de s'expliquer et la promesse qu'elle a faite à Germont, elle finit par prétendre qu'elle aime Douphol. Fou de rage, Alfredo jette une poignée de billets au visage de Violetta devant tous les invités, la payant ainsi de ses trois mois d'amour. Germont, qui a suivi son fils, lui reproche d'insulter une femme de cette manière. ACTE III Violetta, gravement malade, est abandonnée de tous. Alfredo, à qui son père a enfin avoué la vérité, se précipite à son chevet. Il demande à Violetta de lui pardonner. Germont vient à son tour rendre visite à la jeune femme, qu'il considère à présent comme sa fille, mais celle-ci est à bout de forces. Un dernier sursaut de vie semble la ranimer, puis elle retombe, morte.

Rinaldo de Georg Friedrich Haendel à Glyndebourne

Rinaldo fut le premier opéra de Haendel présenté à Londres.Il circulait dans la ville une anecdote racontant que le compositeur avait mis à peine quinze jour pour produire la partition. Vu le nombre d'emprunts à des oeuvres antérieures, l'histoire peut être crédible. Dans l'oeuvre de Haendel, nous trouvons des oeuvres où le caractère épique se mêle à l'humour comme "Giulio Cesare". "Rinaldo" a été conçu comme une sorte de vaudeville farfelu où se mélangent de la musique sérieuse, de la musique féerique, des situations comiques et d'autres héroïques.Opera seria en trois actes de George Frideric Handel (1689-1759)Livret de Giacomo Rossi d’après une histoire de Aaron Hill,inspirée de Gerusalemme liberata de Torquato TassoCréation le 24 février 1711 au Queen’s Theatre, Londres.Acte I Goffredo (Godefroy de Bouillon), commandant en chef des forces chrétiennes, promet à Rinaldo sa fille Almirena, s'il combat à ses cotes pour reconquérir Jérusalem. Les deux jeunes gens s'aiment passionnément. Argante, roi des Sarrasins, se présente devant Goffredo. Il lui demande un cessez-le-feu de trois jours. Ayant obtenu satisfaction, il en appelle à la magicienne Armida, sa maitresse. Elle arrive sur un chariot tire par des dragons, et promet d'enlever Rinaldo sans lequel les chrétiens seront défaits. Elle rêve de victoires. Alors que, dans un délicieux jardin, Almirena et Rinaldo s'adonnent aux joies d'un chaste amour, Armida subtilise la jeune fille, au désespoir de Rinaldo. Goffredo lui promet l'assistance d'un magicien chrétien. La fureur du guerrier éclate. Acte II Goffredo et Rinaldo, en route pour la demeure du magicien, doivent affronter le chant magique des sirènes. Ne pensant qu'à sauver Almirena, Rinaldo tombe dans le piège et monte dans une barque qui, comme les sirènes l'en assurent, le mènera vers sa bien-aimée. Goffredo se sent bien seul pour défendre la cause chrétienne. Dans les jardins magiques d'Armida, Almirena tente désespérément de se soustraire aux avances d'Argante. Armida s'apprête à tuer Rinaldo, mais un seul regard du guerrier a raison de sa cruauté : elle ne l'avait pas imagine si beau. Pourtant, rien n'y fait : même déguisée en Almirena, elle ne parvient pas a tromper sa vigilance. Lorsque, de surcroit, elle découvre qu'Argante flirte avec sa rivale, sa fureur éclate. Acte III Goffredo consulte le magicien chrétien qui, après lui avoir administre quelques preuves spectaculaires de sa puissance, lui confie une baguette magique. Cette fois Goffredo et ses braves affrontent sans encombre les gardes d'Armida. Rinaldo fait fuir les monstres de sa ménagerie, avant de libérer Almirena des mains de la sorcière impuissante. De retour dans le camp des Sarrasins, Armida se réconcilie avec Argante ; ensemble ils partent livrer leur dernière bataille. Rinaldo promet la victoire aux chrétiens. Elle sera triomphale. Armida rompt sa baguette magique et, tout comme Argante, se soumet à la foi chrétienne.…

Claudio Abbado au Festival de Lucerne 2011

En hommage au célèbre chef d'orchestre italien Claudio Abbado, décédé le 20 janvier 2014 à Bologne, Culturebox vous propose de découvrir ou redécouvrir le grand maestro, avec ce concert donné en 2011 au Festival de Lucerne et qui met à l'honneur la 5ème symphonie de Bruckner.____________________________________________________________________Découvez trois autres concerts donnés par Claudio Abbado :Claudio Abbado au Festival de Lucerne 2010 : Symphonie n°9 de MahlerClaudio Abbado et l'Orchestre de Lucerne : les 80 ans du MaestoClaudio Abbado : Concert d'ouverture du Festival de Lucerne 2012 Le 19 août 2011, Claudio Abbado et l'orchestre du Festival de Lucerne ont présenté la Symphonie n° 5 de Bruckner et fait honneur à cette critique. Les membres "choisis" de l'orchestre ont fait résonner la célèbre salle de concerts de Lucerne de sonorités éblouïssantes et inoubliables."La façon dont Abbado conçoit la musique de Bruckner est tendre et lyrique, parfois tendue et intense, mais toujours chaleureuse(...)" écrit le critique Peter Hagmann dans la "Neue Züricher Zeitung".

Tous à l'Opéra 2018 !

Les Brigands de Jacques Offenbach à l'Opéra Comique

Jordi Savall : Jérusalem, la ville des deux paix

Jérusalem, la ville des deux paix : un voyage magique et hors du temps.Jordi Savall, nommé ambassadeur de la paix par l’Unesco en 2008, exprime à travers cette œuvre la curiosité profonde qui l’anime devant l’histoire de cette région où les peuples se déchirent au nom du même dieu. Loin du discours utopique ou de l’approche démagogique, l’artiste se contente de raconter à sa manière l’histoire musicale d’une ville orientale qui est à l’origine de notre civilisation.C'est par le fracas des trompettes de Jéricho (1200 avant J.-C.) que s'ouvre " Jérusalem, la ville des deux Paix : la Paix céleste et la Paix terrestre ".Sanctifiée par les trois religions monothéistes de la Méditerranée, Jérusalem s'est vite transformée en une ville invoquée et désirée, cible des pèlerins de toutes sortes. Certains sont venus à elle en odeur de paix et d'autres avec des armées entières coupables d'assiéger, d'incendier, de ruiner... Jérusalem fut dévastée plus de quarante fois durant sa longue histoire.Jordi Savall et Montserrat Figueras, accompagnés de prestigieux récitants, de musiciens dépositaires de traditions orales et d'illustres formations telles qu'Hespèrion XXI et La Capella Reial jouant sur instruments d'époque, présentent les avatars historiques de Jérusalem en une frise de textes et de musiques juives, arabes et chrétiennes, de jadis et d'aujourd'hui.Tour à tour ville sainte et ville maudite, Jérusalem est présentée comme une cité qui espère peut-être réaliser l'utopie de réunir les deux paix de son nom hébraïque. En guise d'illustration de ce portrait musical, Jordi Savall cite le Talmud : " dix mesures de beauté descendirent au monde ; Jérusalem en reçut neuf, et les autres le reste du monde. "

La Bella Noeva par Marco Beasley et Guido Morini à Maguelone

Bonne nouvelle, l'Ensemble Accordone revisite un répertoire ancien et interprète ses propres compositions L’Ensemble Accordone, lancé par Guido Morini et Marco Beasley en 1984, joue “La Bella Noeva” composé en 2003. Spécialiste des musiques italiennes de la Renaissance jusqu'au début du XVIIIe siècle, il interprète des œuvres anciennes et des compositions originales.En 1984, le claveniciste et organiste Guido Morini et le chanteur Marco Beasley fondent l’Ensemble Accordone. Les deux s'attellent à mettre en valeur la musique italienne de la Renaissance jusqu’au début du XVIIIe siècle. Pour leurs représentations, l’Ensemble Accordone cherche à allier musique et théâtre. Le chanteur évolue tout au long du spectacle comme un personnage prenant part à une histoire ou un thème. Dans “La Bella Noeva”, composée en 2003, l’ensemble interprète des compositions originales mais également un répertoire ancien autour des œuvres de Giulio Caccini, Biagio Marini, Claudio Monteverdi, Giovanni Stefani…

Les 4 saisons d'Antoine

Vos enfants vont adorer découvrir l'univers de Vivaldi !Profitez des fêtes pour faire découvrir à vos enfants les univers de trois grands compositeurs : Vivaldi, Saint-Saens et Prokofiev. Dès aujourd'hui et pendant plusieurs semaines, Culturebox propose trois beaux films musicaux pour enfants : "Les 4 saisons d'Antoine", "Carnaval des animaux" et "Pierre et le Loup" !Un programme France 3Antoine est un petit garçon roux comme l'était Antonio Vivaldi. Il a 10 ans, il est curieux et très complice de son grand-père chez qui il passe les mercredis après-midi. Son grand-père est luthier de violons, il travaille dans un bel endroit qui sent bon le bois, la colle et le vernis. Antoine adore être là. Aujourd'hui, c'est la fin de l'été et l'anniversaire d'Antoine. Son gran-père lui offre un cadeau; un livre.Antoine n'est pas très content. Pourtant en ouvrant le paquet, il découvre que son nom apparaît sur la couverture. Le livre est magique! Il joue la musique des Quatres Saisons lorsque l'on dessine dessus, c'est un cahier d'activité, de dessin, un herbier...L'orchestre qui interprète la musique est dans le livre, au verso des pages, dans un espace imaginaire. D'ici on voit le livre à l'envers e donc les dessins en train de se créer et prendre vie, rentrer dans l'orchestre. Ce livre va accompagner Antoine à travers les saisons, et ce jusqu'à son onzième anniversaire.Découvrez l'application iPad du film Les 4 saisons d'Antoine : un livre animé et musical, qui plonge les enfants dans le chef d'œuvre d’Antonio Vivaldi.Découvrez également :- l'œuvre de Camille de Saint-Saëns avec "Carnaval des animaux"- l'œuvre de Prokofiev avec "Pierre et le loup"Vous voulez voir et revoir encore Les 4 Saisons d'Antoine en DVD ? Le coffret avec avec Les 4 Saisons d'Antoine et Le Carnaval des animaux est désormais disponible !

Giulio Cesare de Haendel à l'Opéra Garnier

Jamais le génie mélodique de Haendel ne fût aussi rayonnant !Dans les toutes premières années du XVIIe siècle, William Shakespeare n’avait pas résisté à mettre sur scène l’impétueuse reine d’Egypte, Cléopâtre l’ensorceleuse, maîtresse de César et de Marc Antoine. Un siècle plus tard, Haendel se laissa prendre aussi à ses charmes et composa autour d’elle l’un de ses opéras les plus brillants et les plus ambitieux.Opéra en trois actes de Georg Friedrich Haendel (1685-1759)Livret de Nicola Francesco Haym d'après Giacomo Francesco BussaniCréation au King's Theatre de Haymarket à Londres, le 20 février 1724L’intrigue de Giulio Cesare oppose quatre romains (notamment César, Cornelia et son fils Sextus) et quatre égyptiens dont Cléopâtre et son frère Ptolémée (Tolomeo), lesquels se disputent âprement le trône.Sorte de serpent tentateur, Cléopâtre est surpassée en vilenie par Ptolémée, prêt à toutes les bassesses pour l’éliminer. Sextus règle le conflit en tuant le despote. César offre alors à Cléopâtre la couronne d’Egypte, sous la férule de l’empire romain.Première partieLe rideau se lève sur l'entrée de César en Egypte. Cornélie et Sextus (Sesto), l’épouse et le fils de Pompée viennent demander la paix. Ils sont interrompus par Achillas qui apporte, au nom de Ptolémée (Tolomeo) son maître, des cadeaux destinés à gagner les faveurs de César.Sous les présents, se trouve la tête de Pompée. César réagit avec indignation face aux pratiques de ce souverain barbare. Cornélie est accablée de douleur, Sextus jure de venger son père.Le palais royal. Cléopâtre apprend la mort de Pompée de la bouche de Nirenus (Nireno) qui, sous couvert de servir Ptolémée, est le fidèle confident de la reine. Ptolémée paraît et aussitôt les querelles de pouvoir reprennent. Achillas fait irruption et rapporte son entrevue avec César. Devant la fureur de Ptolémée, il promet de tuer César à condition d'obtenir la main de Cornélie en récompense.Le camp de César. Cléopâtre se présente avec Nirenus. Elle prétend être Lydie, une jeune fille de la suite de Cléopâtre. Captivé par sa beauté, César lui promet son aide. Confiante dans son subterfuge, Cléopâtre compte sur ses attraits pour triompher de son frère. Cornélie vient se recueillir sur les cendres de Pompée. Sextus surgit et empêche sa mère d'accomplir une vengeance qui lui revient. Cléopâtre, se faisant toujours passer pour Lydie, et Nirenus proposent de les guider jusqu'au tyran. Restée seule, Cléopâtre chante l'espoir de voir aboutir ses plans.Une pièce de réception dans le palais royal. Jules César et Ptolémée font assaut de diplomatie mais ces courtoisies ne parviennent pas à masquer un mépris réciproque. Cornélie et Sextus surviennent, défiant Ptolémée, lequel ne reste pas insensible au spectacle de cette veuve enragée et la fait arrêter avec son fils. Il promet la captive à Achillas mais se la réserve en secret. Achillas offre à Cornélie sa liberté contre l'hymen mais se heurte à un refus. La comédie de la Vertu. Ayant préparé avec Nirenus une mise en scène allégorique destinée à subjuguer César, Cléopâtre apparaît au son d'une musique céleste, sous l'aspect de la Vertu entourée des neuf Muses. César, au comble du bonheur, s'apprête à suivre Nirenus pour rejoindre Lydie dans ses appartements.Dans les jardins du palais. Cornélie se livre à des travaux humiliants sous l'oeil d'Achillas. Ptolémée tente à son tour de séduire Cornélie qui refuse ses avances. Demeurée seule, elle s'apprête à trouver la mort en se jetant parmi les fauves. Elle est arrêtée par Sextus et Nirenus, lequel a reçu l'ordre de conduire Cornélie au sein du harem. Nirenus s'offre à cacher Sextus dans le sérail afin qu'il puisse frapper Ptolémée avant que celui-ci n'abuse de sa mère. Deuxième partie Le jardin des délices. Le tendre entretien entre César et Cléopâtre est interrompu par Curion, qui dévoile à César qu'un complot s'ourdit contre lui. Cléopâtre se trahit tandis que César s'élance pour affronter les conjurés. Restée seule, Cléopâtre réalise qu'elle a été dépassée par son propre stratagème ; elle est amoureuse de César et appelle sur lui la protection des dieux.Le harem. Ptolémée s'apprête à abuser de Cornélie. Sextus, entré discrètement, va pour se saisir de l'arme du tyran lorsque Achillas survient et s'en empare. L'Egyptien affirme que César a péri en plongeant d'une fenêtre du palais dans le port d'Alexandrie pour échapper à l'embuscade. Cléopâtre a pris la tête des armées romaines et la bataille va s'engager. Confiant dans la victoire, Ptolémée rejette la demande d'Achillas qui réclame son dû, à savoir la main de Cornélie.La bataille. Achillas, trahi par Ptolémée, décide de se ranger aux côtés de Cléopâtre. Mais la bataille tourne à l'avantage des Egyptiens, qui capturent la reine. Cléopâtre pleure César qu'elle croit mort.Le rivage. César n'a pas péri. Il gagne le rivage, seul, épuisé, inquiet du sort de son armée et plus encore de celui de Cléopâtre. Sextus et Nirenus recueillent les aveux d'Achillas, mourant, qui leur remet un sceau destiné à rallier ses troupes avec lesquelles ils pourront investir secrètement le palais royal. S'étant fait reconnaître, César se fait remettre le sceau puis court délivrer Cléopâtre.La prison de Cléopâtre. Cléopâtre s'apprête à mourir. Mais le bruit des armes est celui de César qui vient la libérer avant d'achever sa victoire sur Ptolémée.Le harem. Ptolémée s'apprête à posséder Cornélie. Sextus se précipite et le tue. La veuve de Pompée commence à retrouver le goût de vivre.Le port d'Alexandrie. Sextus et Cornélie amènent la couronne de Ptolémée. César la remet à Cléopâtre qui reconnaît être sa vassale. Ils se déclarent leur amour. Tous fêtent le retour de la paix, tandis que César et Cléopâtre s'embarquent sur le Nil à la découverte des pyramides.

Intolleranza de Luigi Nono à la Fenice

Soutenu par le travail de metteurs en scène venus du théâtre, Luigi Nono impose une nouvelle vision scénique.Le décor devient un espace scénique. Il fait appel à des peintres pour les décors et les costumes et grâce aux progrès des systèmes d’éclairages par projecteurs fixes et mobiles, la lumière devient un élément important d’une mise en scène qui intègre la photo, la vidéo, le cinéma, les projections filmées…Le livret relate le voyage d’un émigrant vers son pays natal, fuyant la misère de la vie qu’il subissait dans la cité minière où il travaillait et où continuent à affluer de jeunes paysans en quête d’emploi et d’argent.Au cours de son périple, il rencontre divers visages de la violence policière, est envoyé dans un camp de concentration, s’en échappe avec l’aide d’un algérien. Dans la deuxième partie, l’émigrant fait la connaissance d’une compagne qui lui donne force et foi pour affronter la confusion dans laquelle une catastrophe a plongé son pays natal et participer à la reconstruction d’un monde où « l’homme sera à l’homme, un secours ».

Nuit de l'âme, concert littéraire avec Brigitte Engerer

Neuf Nocturnes pour piano de Frédéric Chopin, interprétées par Brigitte Engerer.Ces 9 Nocturnes de Chopin interprétées par Brigitte Engerer sont précédées de poèmes de Jean-Yves Clément (extraits de Nuits de l'Âme, Cherche Midi éditeur), écrivain, organisateur et directeur artistique de festivals.Op. 9 n°1 en si bémol mineurOp. 9 n°2 en mi bémol majeurOp. 15 n°1 en fa majeurOp. 15 n°2 en fa dièse majeurOp. posthume en ut dièse mineurOp. 27 n°1 en ut dièse mineurOp. 27 n°2 en ré bémol majeurOp. 32 n°1 en si majeurOp. 48 n°1 en ut mineur
plus de vidéos