présenté par : Jamy Gourmaud

Aujourd’hui Jamy fait couler beaucoup d’encre dans la fabrique du savoir avec un dossier consacré à l’écriture. C’est l’une ... des premières choses que l’on nous enseigne à l’école vers l’âge de 6 ans : l’alphabet composé de 20 consonnes et 6 voyelles. Sans les lettres, nous ne pourrions tout simplement pas former de mots et les écrire.   Qui est à l’origine de cette formidable invention ? On la doit aux Phéniciens qui ont conçu les lettres du premier alphabet au XIIIème siècle avant notre ère. Leur alphabet ne comportait que des consonnes, 22 au total. Les grecs leur font subir une première évolution en ajoutant les voyelles. Au VIème siècle avant J.C, les Romains inventent l’alphabet latin qui deviendra celui que l’on utilise encore aujourd’hui dans le monde occidental. Il n’utilise que 26 signes ce qui facilite son utilisation contrairement à l’alphabet cambodgien, le khmère, qui compte plus de 70 lettres ! Au Japon, ça se complique : il y a plusieurs alphabets auxquels s’ajoutent les kanjis, des signes ayant plusieurs prononciations (environ 6000).   Lorsqu’on parle d’écriture, il existe un outil qui a bel et bien révolutionné notre façon d’écrire : le stylo plume. Dès le Vème siècle, les scribes utilisent une vraie plume d’oiseau. Après plusieurs siècles à plumer les oies, la révolution industrielle va transformer cet outil pour devenir petit à petit la star des trousses que l’on connaît tous. Même si ses ventes sont en chute libre, quelques irréductibles continuent de perpétrer l’art de la plume comme Stephen King qui écrit certains de ses romans d’horreur entièrement au stylo plume.   Et si la langue française était sexiste ? Le masculin l’emporte sur le féminin lorsqu’ils sont associés dans une même phrase. Pourtant cette règle ne s’est pas toujours appliquée au français. Jusqu’à la fin du XVIIème siècle, on pouvait employer l’expression « Les hommes et les femmes sont égales » sans faire de faute. Le genre du mot le plus proche de l’adjectif était considéré comme le plus le fort, on appelait ça l’accord de proximité. Au XVIIIème, tout change et le masculin remporte la bataille considérée comme plus noble par les grammairiens de l’époque. Avec l’écriture inclusive, il est à présent possible de condenser le masculin et le féminin en les séparant avec un nouveau signe de ponctuation : le point médian. S’il y a bien un style d’écriture qui préoccupe les défenseurs de la langue française c’est le langage SMS. Les jeunes générations sont particulièrement friandes de cet argot particulier, un mélange de parler et d’abréviations qui réinvente sans cesse l’orthographe. Peut-il mettre en péril la langue française ? L’Éducation nationale tire la sonnette d’alarme avec une baisse significative du niveau d’orthographe à l’école. Pourtant, les chercheurs n’établissent pas de lien entre les deux phénomènes. D’après ces mêmes études, les élèves qui envoient plus de messages numériques auraient une meilleure compréhension des textes et une maîtrise supérieure de la rhétorique.  Place à l’écriture dactylographie qui a envahi notre quotidien. Vœux expédiés par SMS, lettres d’amour remplacées par des émoticônes, même les romanciers ont fini par succomber à la tentation. Le stylo bille va-t-il disparaître au profit du clavier ? En France ce n’est pas encore à l’ordre du jour grâce à l’enseignement de l’écriture cursive. Certains pays d’Europe du Nord commencent à enseigner l’écriture scripte avec des lettres détachées les unes des autres. Face à cette évolution, les chercheurs s’alertent. Des études menées sur des enfants de 3 à 5 ans montrent que ceux qui apprennent à écrire sur un clavier lisent moins bien que ceux qui dessinent les lettres à la main.
Télécharger l'application France tv